News

Le 11 mars 2011, le Japon était frappé de plein fouet par un mégaséisme de magnitude 9 provoquant un raz de marée destructeur. Une catastrophe qui a balayé un certain nombre d’hypothèses scientifiques.

Tsunami dévastateur au large de l’Indonésie en 2004, séismes meurtriers en Haïti et au Chili en 2010… La dernière décennie a vu les tremblements de terre s’intensifier. Ce cycle infernal culmine le 11 mars 2011 : le Japon vit alors le séisme le plus violent de son histoire, suivi d’un tsunami d’une ampleur inédite.

Le pays le mieux préparé au monde se retrouve totalement dépassé. Pourquoi aucun scientifique n’a-t-il prévu une secousse tellurique d’une telle intensité à cet endroit ? La fréquence des tremblements de terre de magnitude supérieure à 8, appelés mégaséismes, semblant augmenter, y a-t-il une réaction en chaîne à l’échelle mondiale ? Est-il possible d’anticiper ces catastrophes naturelles ? La France est-elle armée pour les affronter ? Car, avec ses 4 000 kilomètres de côtes, elle est le pays européen le plus exposé au risque de tsunami. Au cœur des préoccupations des sismologues français : la Côte d’Azur et la ville de Nice.

Durée :01:23:54

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top