News

Les entrailles du mont Fuji, situé au sud-ouest de Tokyo, ont été largement mises sous pression lors du tremblement de terre au large des côtes japonaises, le 11 mars 2011. 

C'est ce que dévoile une étude franco-japonaise publiée vendredi dans la revue Science et relayée dans les colonnes du Monde. "Nos travaux ne disent pas que le volcan va entrer en éruption. Mais ils montrent qu'il se trouve dans un état critique", explique Florent Brenguier, coauteur de l'étude et chercheur à l'Institut des sciences de la Terre, cité par le quotidien du soir.

Dernière éruption en 1707
Les déductions des scientifiques sont issues d'une analyse en profondeur des données recueillies par les 800 capteurs sismiques du pays, soit le réseau le plus dense au monde. Il en résulte que les ondes propagées lors du séisme de magnitude 9 ont endommagé la croûte terrestre dans les régions volcaniques du Japon, en particulier celle du mont Fuji, situé à pourtant 500 kilomètres de l'épicentre.


Le mont Fuji, toujours surveillé de près par la communauté scientifique, "est aujourd'hui dans un état de pression tel qu'il présente un potentiel d'éruption important. Le risque est clairement accru", précise le scientifique. La dernière éruption d'ampleur remonte au début du XVIIIe siècle, quand le pays était beaucoup moins peuplé. La mégalopole tokyoïte seule compte aujourd'hui 34 millions d'habitants.







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top