News

Au moins 700 migrants ont péri dans le chavirage de leur embarcation, au large des côtes Libyennes, dans la nuit de samedi à dimanche. Si le bilan se confirme, cette tragédie serait la plus meurtrière du genre jamais survenue.

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi, en première ligne sur cette question, a souligné que l'Italie ne pouvait y faire face seule et a réclamé la réunion d'urgence d'un sommet européen, dans le courant de la semaine prochaine. 

L'Espagne a elle aussi réclamé un sommet extraordinaire. «L'Europe doit réagir à la tragédie de l'immigration. Je me joins à l'appel à la convocation d'un Conseil européen extraordinaire», a indiqué le premier ministre espagnol, Mariano Rajoy.


"Pas une journée sans le que le débat politique ne soit animé par cette question, à droite et à gauche. Quel que soit le thème officiel, on y revient toujours et on se dispute", rapportait Renaud Bernard.

500 000 migrants en attente
Le Premier ministre italien Matteo Renzi a tranché. "Pour le chef du gouvernement, il n'est pas question de se renvoyer la balle ni entre Italiens ni même avec l'Union européenne, parce que selon lui, le problème ne se situe pas à l'arrivée de ces migrants, mais bien au départ", détaille le journaliste de France 2 qui ajoute que Matteo Renzi "appelle solennellement l'Union européenne à intervenir en Libye pour y faire cesser la guerre civile. Il est même prêt à mettre ses propres militaires en première ligne".

"Il y aurait 500 000 migrants en attente de traverser la Méditerranée, et leurs passeurs sont plus que jamais déterminés. Ils n'ont pas hésité, il y a quelques heures, à ouvrir le feu sur des navires de guerre européens qui voulaient les arrêter", conclut Renaud Bernard en direct de Rome.




 
Top