News

L'image montrant le corps d'un petit garçon échoué sur une plage de Turquie est terrifiante. Elle a fait le tour du globe, mercredi, après un double naufrage qui a coûté la vie à 12 réfugiés syriens.

L'enfant, vêtu d'un t-shirt rouge et d'un short bleu, gît le visage contre le sable de Bodrum, l'une des plages les plus fréquentées de Turquie. Selon les médias turcs, il s'agit d'Aylan Kurdi, un garçon de trois ans, dont le frère aîné a également trouvé la mort dans le naufrage, qui venait de Kobani. Cette ville de Syrie adossée à la frontière turque a été le théâtre de très violents combats entre djihadistes de l'État islamique et miliciens kurdes, il y a quelques mois.

Les deux embarcations qui ont fait naufrage transportaient 23 personnes. Elles avaient quitté séparément la région d'Akyarlar, sur la péninsule de Bodrum, pour rejoindre l'île de Kos, en Grèce. Parmi les victimes dont la mort est confirmée figurent cinq enfants et une femme. Sept personnes ont été sauvées et deux autres munies de gilets de sauvetage ont pu atteindre la rive.

Au total, une centaine de migrants ont été sauvés dans la nuit alors qu'ils tentaient de rejoindre l'île de Kos, selon la marine turque.
« L'approche inquiétante des pays européens face à l'afflux de migrants est source de tristesse, et la crise devrait être abordée sous l'angle des droits de l'homme », dit le Conseil turc de sécurité nationale dans un communiqué publié dans la soirée.
Les agences humanitaires estiment qu'au cours du mois écoulé, environ 2000 personnes ont effectué quotidiennement la courte traversée entre les côtes turques et les îles orientales grecques sur des bateaux pneumatiques.

Selon le HCR, plus de 2500 personnes ont trouvé la mort en tentant de franchir la Méditerranée pour gagner l'Europe depuis le début de l'année.


Reuters














 
Top