News

Grâce au développement du micro-lattice, le matériau le plus léger au monde, le constructeur aéronautique pourrait alléger ses appareils et diminuer leurs consommations de carburant.

Hier, le bois et la toile, puis le métal (aluminium, acier…). Aujourd'hui, la fibre de carbone. Demain, le micro-lattice. Boeing a franchi un pas de géant vers le développement d'un avion poids plume, grâce à ce matériau composé à 99,9 %… d'air. 

Ultraléger, un bloc de micro-lattice peut être déposé sur une délicate fleur de pissenlit sans l'écraser, tout en affichant des propriétés hors norme de résistance et d'absorption aux chocs. «Nous avons réussi à créer le matériau le plus léger au monde», résume Sophia Yang, chercheuse au sein du laboratoire californien HRL qui travaille avec le géant américain. 

Les scientifiques se sont inspirés des os humains pour développer le micro-lattice. Vus de l'extérieur, les os sont rigides, «mais si vous regardez à l'intérieur, vous verrez des petites alvéoles creuses. C'est cela qui rend un os humain très solide mais aussi très léger», explique la jeune scientifique. Ce nouveau métal est un alliage composé d'un ensemble de tubes creux en nickel, sur le prototype présenté par HRL. Ces micro-tubes sont reliés entre eux par un tissage arachnéen.


Il s'agit d'une innovation majeure pour l'industrie, en particulier aéronautique. Airbus et Boeing ont une obsession: alléger leurs avions afin de réduire la consommation de carburant et les émissions polluantes. Des gains spectaculaires ont déjà été obtenus avec les composites utilisés pour la première fois massivement, à bord du 787 Dreamliner et de l'Airbus A 350. Le micro-lattice, s'il tient ses promesses, pourrait également embarquer. Pour autant qu'il soit déclaré «apte» à voler par les autorités européennes et américaines de la sécurité aérienne…

Par Véronique Guillermard
Lefigaro.fr









 
Top