News

Hugo Chavez n'étant plus de ce monde, il n'a fallu que très peu de temps à la CIA pour détruire ce pays richissime en matières premières, et surtout en pétrole. 

Voici un an environ, je vous avais raconté comment Goldman Sachs avait demandé tout l'or de la Banque Centrale du Vénézuela en garantie d'un prêt que le Vénézuela avait demandé de toute urgence. De la monnaie de singe / PQ dollar photocopiés à des centaines de millions d'exemplaires en échange... de tout l'or du pays que Hugo Chavez a eu tant de mal à récupérer...

Eh bien voilà un exemple superbe du 666 en action. La Banque Centrale du Vénézuela a demandé au FMI de récupérer ses 467 millions de dollars mis en dépôt de garantie!

"With its cash reserves in sharp decline, Venezuela withdrew $460 million from the IMF last month in its third such operation this year. The IMF website showed yesterday that Venezuela exchanged part of its Special Drawing Rights -an international reserve asset created by the IMF- account at the Fund for greenbacks", lire ici Economic Times.

Traduction : Avec ses réserves de trésorerie en forte baisse, le Venezuela a emprunté 460 millions de dollars au FMI le mois dernier dans sa troisième opération du même type cette année. Le site Internet du FMI a montré hier que le Venezuela a échangé une partie de ses Droits de Tirage Spéciaux - un actif de réserve international créé par le FMI - pour des billets verts.

Cela veut dire que le défaut de paiement officiel du pays n'est plus très loin s'il en est arrivé là. Et vous le savez, la richesse du Vénézuela dépend du cours du pétrole. Or les Américains, en collaboration avec leurs complices Saoudiens, avaient décidé de baisser le cours du brut parce que cela leur permettait de détruire les revenus financiers ("les mettre en slip" me semble plus juste) de TROIS DE SES ENNEMIS majeurs, la Russie, l'Iran et le Vénézuela, et peu importe le nombre de morts (chômeurs) que cela ferait par retombées collatérales.

Aujourd'hui, vous l'avez vu dans la liste des licenciements, les principales victimes sont le Canada, la Norvège, bref tout le secteur du pétrole, et les firmes d'énergies... américaines. Pas grave, du moment que la politique étrangère américaine se passe comme prévu... et que Goldman Sachs récupère l'or du Vénézuela.

Pierre Jovanovic

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top