News

La surface de Mars aurait basculé de 20 à 25 degrés. Si un tel basculement se produisait sur la Terre, Paris se retrouverait sur le cercle polaire.

Selon une étude publiée dans « Nature », la formation du dôme de Tharsis, mastodonte grand comme la France, aurait fait glisser, il y a 3 à 3,5 milliards d'années, la surface de Mars de 20 à 25 degrés autour de son noyau. Serait-ce la clé de quelques mystères martiens ?

Le principe reste peut-être le même, toute proportion gardée, sur la Terre, par exemple. On peut concevoir que l'action conjuguée de quelques volcans entrant en activité simultanément, dans une zone spécifique (ceinture de feu du Pacifique), puisse provoquer de micro-glissements de la croute terrestre, engendrant une partie des changements terrestres auxquels nous semblons assister présentement. Avec, à la clé, des phénomènes de types doline et engendrant des perturbations suffisamment importantes pour provoquer une partie des hécatombes animales auxquelles nous assistons depuis des années ?

Le coupable : le dôme de Tharsis
Mars n'est plus ce qu'elle était. Non, il ne s'agit pas de l'eau de la planète rouge... Il s'agit du dôme volcanique de Tharsis, un géant dix mille fois plus massif que le plus grand volcan terrestre (le volcan Mauna Loa à Hawaï) et presque de la taille de la France. Alors que Mars est huit fois moins volumineuse que la Terre. "Le dôme de Tharsis est énorme, démentiel par rapport à la taille de Mars", souligne Sylvain Bouley, géomorphologue (expert des reliefs) à l'Université Paris-Sud et coauteur de l'étude publiée mercredi dans Nature.

Les scientifiques s'interrogeaient également sur l'endroit où se trouvent certains réservoirs souterrains de glace, qualifiés jusqu'ici d'anomalie car ces emplacements sont inexplicables. Mais voilà, avant le basculement, les pôles étaient ailleurs. En opérant le glissement, on ramène deux des calottes glaciaires sur les pôles. "Tout s'imbrique parfaitement", note le géomorphologue.

Mais il reste beaucoup de questions en suspens, cette histoire est passionnante ! Est-ce le basculement qui est à l'origine de l'arrêt du champ magnétique puis de la disparition de l'atmosphère. Ou de la fin de l'activité fluviale ? Compte tenu de cette étude, "désormais, quand on s'intéressera à l'époque primitive de Mars, pour chercher des traces de vie ou d'un océan, par exemple, il faudra apprendre à penser avec cette nouvelle géographie".

Source





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top