News

Le professeur Joyeux pourrait être radié de l’Ordre des médecins. Même si le médecin est très bon, il peut se faire radier de l’ordre simplement pour ne pas accepter de courber l’échine face à ce système dont le seul but est de faire de l’argent avant tout, pas de soigner les patients ! Tellement facile que c’en est pathétique…

Pétitions, livres, conférences, les moyens d'action et les relais de parole du professeur Henri Joyeux sont nombreux et efficaces. Ses positions anti-vaccins ont agacé jusqu'au ministère de la santé en juin 2015. Le chirurgien et cancérologue comparaît ce vendredi 27 mai devant la chambre disciplinaire du Conseil de l’ordre des médecins de Languedoc-Roussillon, à Montpellier, pour avoir "déconsidéré la profession !", en tenant des "discours alarmistes" et en s’appuyant sur des "preuves scientifiques non établies". Il risque tout bonnement d'être radié. Si tel est le cas, il lui sera dès lors impossible de se dire docteur en médecine.

Au moment où cet article est publié, plus d'un million de personnes ont signé la pétition lancée par le professeur Henri Joyeux à la fin du mois de mai 2015 à l'encontre du vaccin DT Polio. Un succès tel que la ministre de la Santé, Marisol Tourraine l'a accusé "d'attiser les craintes", "d'inquiéter et de faire peur".

Son dernier livre, Changez d'alimentation, s'est vendu à plus de 150.000 exemplaires. Les vidéos de ses interventions connaissent, elles aussi, un grand succès, comme sa newsletter qui compterait 580.000 abonnés selon Le Monde. Auteur à succès, ancien président de l'association Familles de France et cancérologue à Montpellier, conférencier et désormais "lanceur d'alerte" ? C'est peu de dire que cette qualification ne lui sera pas reconnue par ses nombreux détracteurs.

Le Pr Joyeux dénonce dans sa pétition la pénurie actuelle des vaccins obligatoires (diphtérie-tétanos-poliomyélite) qui contraint les parents à faire vacciner leurs enfants avec le seul produit qui est actuellement disponible. Très alarmiste, le texte affirme que ce produit (le vaccin Infanrix Hexa de GSK) qui protège contre six maladies au total au lieu de trois et qui "coûte sept fois plus cher", contient des substances "dangereuses" voire "très dangereuses".


Dans quelques semaines, nous saurons si cet homme dont le courage n’est plus à démontrer va pouvoir continuer à exercer sa profession ou non.










0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top