News

Dans un soupir, nous nous disons : « C'est si grandiose... Si seulement je pouvais rester là. Comment faire pour y demeurer à tout jamais ? »

Le passé ne nous appartient plus, le futur ne nous appartient pas et ne sera peut-être jamais comme nous l'imaginons. Seul le moment présent nous appartient et il peut nous servir à planter ce que nous récolterons demain.

Savoir vivre le moment présent, c’est apprécier la vie à sa juste valeur, vivre vraiment. Un grand nombre de personnes vivent leur vie sous conditions : quand j’obtiendrai ceci, alors, je pourrai faire cela, quand je serai cela, alors, je pourrai avoir ceci… Pendant tout ce temps perdu, la vie s’écoule, les occasions d’être heureux filent et l’énergie vitale qui nous anime fuit à grosses gouttes comme un robinet mal fermé.

Sur un fond de ciel bleu azur, les rayons jaune orangé d'un soleil couchant peuvent, à certains moments privilégiés, nous régaler d'un instant d'une telle beauté, que nous en restons momentanément ébahis, le regard fixe. La splendeur de ce moment nous éblouit tellement que nos esprits habituellement si bavards marquent un temps et ne nous entraînent pas mentalement ailleurs que dans l'Ici-Maintenant. Baignant dans un halo de lumière, nous voyons s'ouvrir en nous une porte donnant sur une autre réalité. Une réalité qui est toujours là mais dont nous sommes rarement les témoins.

Au cours de ces moments d'expansion de la conscience, nous avons un bref aperçu du royaume éternel de l'Être. Ne serait-ce que pour un bref instant, nous revenons chez nous, vers notre être véritable.

La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile. On se l’inflige à soi-même aussi longtemps que, à son insu, on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie. La pollution de la planète n’est qu’un reflet extérieur d’une pollution psychique intérieure, celle de millions d’individus inconscients qui ne prennent pas la responsabilité de leur vie intérieure.






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top