News

Dans la Grèce Antique, les habitants d’Athènes impliqués dans la " polis " étaient appelés les " politès ". Les politès proposaient les politiques. Aujourd’hui, ce sont les " politiciens " qui décident des politiques au nom de tous les citoyens, alors que très peu de citoyens proposent des politiques.

Lorsque je vote, je choisis. Si je choisis, je préfère. En votant pour des politiciens, je choisis que d’autres personnes préfèrent à ma place ce que notre société devrait faire. Je choisis que d’autres personnes expriment mes préférences, et je m’attends à ce qu’ils le fassent selon MES priorités. Ils seraient censés être une simple extension de moi-même.

Mais en fait, une fois élus, ils imposent leurs propres priorités sur moi.

Pourquoi choisir les autres préférer à notre place ? Pourquoi ne pas choisir nous-mêmes nos préférences pour notre société ? Nous avons élu des représentants parce que nous pensions qu’il serait très long et difficile de savoir ce que préfèrent des millions de citoyens alors qu’on doit souvent décider rapidement des politiques.

La manière la plus facile de décider des politiques d’une société entière semblait être d’autoriser une personne à décider pour tous. Alors pendant longtemps et dans la plupart des sociétés, une personne (le Chef, le Roi, l’Empereur, etc.) a décidé de ce que devait faire la société entière. En fait la priorité de cette personne était de décider pour tous ce que devait posséder sa famille. Et puis les gens ont rejeté cette forme d’autorité et ont élu des représentants pour décider des politiques en leur nom. Si chaque politicien représente 100 000 citoyens, 500 politiciens représenteront 50 millions de citoyens. Ces 500 personnes peuvent facilement se réunir dans une enceinte pour débattre, un Parlement ou un Congrès, et pour voter à main levée.

Les représentants prennent tous les jours de nombreuses décisions au nom de ceux qui les ont élus. Ce système est encore en vigueur, car il nous semble que c’est une procédure très longue et très compliquée de rassembler les préférences de millions de gens, de leur expliquer les différentes options et leurs conséquences, d’organiser les réunions et les modalités des votes et les compter. En tous cas, jusque récemment. Aujourd’hui, c’est facilement réalisable au moyen de la télévision, des téléphones mobiles ou de cartes magnétiques.

Beaucoup de gens pensent que les politiciens appliquent les préférences des gens qui les ont élus. En général, c’est faux. D’ailleurs ils n’ont pas non plus de capacité particulière à décider. Toutes les décisions sont définies par une priorité, non par une capacité. Prendre une décision est une fonction, et non un savoir-faire. Tout le monde prend des décisions tous les jours. Le philosophe athénien Platon, qui s’opposait à la démocratie, prétextait que prendre des décisions nécessite un savoir-faire, comme celui du capitaine qui commande le navire pour parvenir à bon port en utilisant ses connaissances des bateaux et de la navigation. Mais la société n’est pas un navire. Dans un navire, tous les passagers veulent atteindre la même destination. Mais dans la société, tous les citoyens ne veulent pas les mêmes politiques, car ils ont des priorités différentes. Les politiciens ont besoin d’un certain savoir-faire pour prendre le Pouvoir, comme la conspiration (pour se débarrasser des rivaux), la flatterie (pour s’allier leurs supérieurs) et l’hypocrisie (pour séduire leurs électeurs). Mais ils n’ont besoin d’aucun savoir-faire particulier pour décider des politiques. Les politiciens décident des politiques selon leurs propres priorités comme tout le monde.

Les citoyens d’Athènes, en inventant la Démocratie, disaient que " tout cuisinier peut gouverner ". On voit bien que c’est vrai : Arnold Schwarzenegger, un Monsieur Univers devenu acteur, est à présent Gouverneur de Californie. Il peut décider pour tous les citoyens sans aucun savoir-faire. Il a des priorités comme chacun de nous. En 1980, Ronald Reagan, un autre acteur d’Hollywood, devint Président des Etats-Unis. Qu’avait-il comme savoir-faire particulier pour devenir Président ? Aucun.
Aucun Président n’a besoin de savoir-faire particulier pour devenir Président. Etre Président est une fonction, pas un métier.

Ce ne peut jamais devenir un métier. N’importe qui peut être Président. Qu’il soit un bon (et pour qui ?) ou un mauvais (et pour qui ?) Président dépend des priorités de ceux qui le jugent.

La prédiction des résultats d’une politique, par contre, demande des connaissances et du savoir-faire qu’on trouve chez les experts qui étudient les différentes options et leurs conséquences. Les experts expliquent au Président les options possibles et les résultats probables, mais ils ne décident pas quelle option choisir. C’est le Président qui décide.

Les experts décident rarement des politiques, mais lorsqu’ils le font, ce sont leurs propres priorités, et non leur expertise, qui guident leur décision.

Un Président agit comme le jury d’une cour de justice. Les membres du jury ne sont pas des experts légistes. Ils écoutent les avocats, les témoins et le juge. Puis ils décident si l’accusé est coupable ou non. Si les témoins se contredisent, les jurés doivent décider qui croire. Ils le font selon leurs préférences, pas en fonction de leurs connaissances juridiques.

Les politiciens décident ce que seront les préférences d’une Société. L’État impose leurs préférences à la Société.








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top