News

Les frais bancaires vont fortement augmenter au 1er janvier 2017. Gilbert Combret, bénévole à l'association Familles de France, une association de protection des consommateurs basée à Castres dénonce ces facturations, notamment vis-à-vis des familles précaires. 60% des dossiers qu'il traite sont liés à des frais bancaires jugés abusifs.

"Les frais bancaires, c'est un vrai scandale. Surtout que comme dit le proverbe, il pleut toujours sur les mouillés. Ce sont les gens qui ont le plus de difficultés, qui ont le plus de problèmes avec les banques. Ils ne peuvent trop rien dire. Vous avez des femmes seules avec des enfants qui sont au RSA, et on les ponctionne, alors que les banques n'ont pas le droit de faire ça, mais qu'est-ce que vous voulez qu'elles disent?

Les banques s'en prennent à ceux qui n'ont pas les moyens et qui arrivent juste à la fin du mois, qui parfois ont un peu de découvert. Ils envoient d'abord une lettre d'avertissement et ils vous facturent des frais de fonctionnement entre 10 et 20 euros. Ça fait déjà très cher le timbre.



75 euros de frais pour deux euros de découvert
Ensuite il y a une commission d'intervention qui vous prend également de l'argent et vous avez aussi les blocages de chèques par exemple, qui sont facturés très chers! J'ai eu le cas d'une femme qui avait 13 euros sur son compte, elle a fait un chèque de 15 euros, donc elle était à 2 euros de découvert. La banque lui a facturé 75 euros de frais! Déjà qu'elle est à la rue…

"Les banques prennent et c'est tout"

Au sein de l'association Familles de France, on arrive à obtenir des retours d'argent parce qu'elles ont recours à des méthodes interdites. Par exemple, on n'a pas le droit de retirer de l'argent à quelqu'un qui est au RSA. Et ça arrive souvent parce que les gens ne le savent pas! Les banques prennent et c'est tout, ce n'est pas leur problème.

Comment voulez-vous que des gens qui n'ont vraiment rien aillent réclamer à la banque? Et elles ne nous répondent pas. Ils sont méprisants avec les associations de consommateurs. C'est très rare de les avoir au téléphone ou d'avoir un courrier.

Comme il y a beaucoup de gens dans la précarité c'est là où on peut taper le plus facilement. Un bonhomme qui gagne 5.000 ou 6.000 euros par mois s'il a des frais bancaires, il téléphone au directeur de la banque qui règle le problème tout de suite. C'est le pot de fer contre le pot de terre.

Avant d'être bénévole, je ne pensais pas que ça se passait comme ça. Je ne pensais pas que les gens étaient autant dans la précarité. Je sors d'un milieu moyen mais il faut être dans une association comme ça pour voir les difficultés que rencontrent les gens, on ne peut pas se l'imaginer.

Les banques ne se soucient plus du client. Je me souviens qu'avant on pouvait discuter avec le banquier, c'est fini ça. Maintenant vous êtes un numéro, vous n'avez même plus de relation avec un conseiller, vous n'avez besoin de personne. Et ensuite ils appliquent un règlement sans discuter".

rmc.bfmtv.com/








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top