News

Le constructeur aéronautique travaille sur un projet d'engin volant électrique monoplace, capable de transporter un passager au cœur d'une ville.

"En 2030, 60% de la population mondiale vivra dans des villes, ce qui représente 10% de plus qu'aujourd'hui" prophétise Airbus dans un document décrivant le futur de la mobilité urbaine tel que l'imagine le constructeur aéronautique. Et pour l'entreprise, les embouteillages seront "l'un des plus gros problèmes" des cités de demain. Aussi, la parade envisagée pour désengorger le trafic consiste à emprunter la voie des airs. 

C'est la raison d'être du projet Vahana, qui, lancé début 2016, vise à faire voler dans nos villes des sortes de taxis volants monoplace électriques et entièrement automatisés, qui ne nécessiteraient donc aucune compétence de pilotage. Les engins, représentés dans les croquis ci-dessous, pourraient également servir à transporter du fret.

À terme, l'idée est que ces engins que l'on réserverait depuis une application smartphone, soient capables de décoller seuls, de gérer tous les paramètres, de la planification du plan de vol à la séquence d'atterrissage, tout en tenant compte des imprévus. "Actuellement, on en est à la phase de développement, et le premier prototype pourrait effectuer les premiers essais en vol à la fin de l'année" nous a confié un porte parole d'Airbus. 
"L'objectif est qu'en 2020, nous soyons en mesure de proposer un service opérationnel" Restera toutefois encore à lever un certain nombre de verrous plus législatifs que techniques. "On sait faire voler des hélicoptères et des avions, on sait contrôler des engins sans pilotes" poursuit notre interlocuteur. 


Assembler toutes ces briques technologiques en un taxi volant dronisé ne parait donc pas insurmontable. D'ailleurs, Airbus n'est pas le seul à réfléchir à un tel projet. On se souvient du constructeur chinois Ehang qui avait présenté durant l'édition 2016 du CES de Las Vegas, une voiture volante automatisée capable, selon lui, d'emporter un passager dans les airs. L'appareil aurait du effectuer des premiers tests avant la fin 2016 dans le Nevada. Mais il semblerait que le projet ait pris du retard. D'autres projets sont également en cours de développement. C'est le cas par exemple de la société californienne Joby Aviation, qui planche sur des avions électriques à décollage vertical dont les ailes et les hélices basculent durant le vol.

sciencesetavenir.fr/








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top