News

Les dirigeants européens ont approuvé une stratégie de limitation de l’immigration depuis la Libye lors d’un sommet informel à Malte, le 3 février. Tripoli se voit ainsi offrir 200 millions d’euros pour mieux contrôler ses frontières.

« Nous avons réussi à faire preuve de progressisme et d’unité », s’est félicité Joseph Muscay, Premier ministre de Malte, pays à la présidence tournante de l’UE et qui organisait le sommet à 27.

La périlleuse traversée de la Méditerranée centrale est à présent la porte d’entrée la plus utilisée vers l’Union européenne. En 2016, il y a ainsi eu 181000 arrivées par cette voie, gérée par des passeurs qui opèrent en toute impunité en Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi, en 2011, et le chaos qui en a résulté.

Les dirigeants européens se sont accordés sur une série de mesures immédiates qui devraient permettre de réduire le nombre d’immigrants illégaux qui tentent de traverser la Méditerranée, et ainsi sauver bien des vies. Depuis le début de la décennie, plus de 13000 personnes n’ont en effet pas survécu à la traversée.

Le plan d’action décidé à Malte prévoit de former, d’équiper et de soutenir les garde-côtes libyens, afin qu’ils soient plus à même d’arrêter les trafiquants et de mener davantage d’opérations de sauvetage. Ces deux dernières années, plus de 400 000 personnes ont été sauvées grâce à ces opérations.

« Nous offrirons une aide économique aux communautés locales libyennes afin d’améliorer leur situation et de les aider à accueillir les migrants », a déclaré Donald Tusk, président du Conseil européen, après la rencontre.

L’UE coopérera étroitement avec l’Organisation internationale des migrants et l’agence de l’ONU pour les réfugiés (UNHCR) pour encourager les retours volontaires de la Libye vers les pays d’origine.

Accord Rome-Tripoli

Quelques jours avant le sommet de Malte, Fayez al-Sarraj, Premier ministre libyen soutenu par l’Occident, s’est plaint du fait que le pays ne recevait pas assez d’argent de la part de l’UE pour pouvoir s’atteler efficacement au problème migratoire.

« Nous espérons que les mécanismes européens d’aide à la Libye deviendront plus pratiques. Nous ne mentionnerons pas les sommes d’argent dédiées à la Libye, parce qu’il s’agit de sommes très humbles, très modestes », avait-il déclaré.

« Nous avons décidé d’encourager les activités bilatérales directes des États membres avec la Libye », a annoncé Donald Tusk, qui s’est félicité du mémorandum d’entende signé le 2 février par les Premiers ministres italien et libyen, qu’il a qualifié de signe encourageant pour l’avenir.

Paolo Gentiloni, Premier ministre italien, a indiqué aux journalistes que l’accord conclu entre l’Italie et la Libye n’était « qu’un élément » d’un projet européen plus large, et que l’UE devrait prendre un « engagement économique » pour assurer le succès de l’accord bilatéral. L’accord promeut davantage de soutien pour les garde-côtes libyens, ainsi que le « rapatriement humanitaire » des migrants, et annonce peut-être la préparation d’un accord économique.

L’UE assure déjà une présence militaire dans les eaux internationales au large de la Libye, mais c’est en se rapprochant des côtes, en dépassant les frontières maritimes, qu’elle aurait un réel impact sur les activités des trafiquants.

Des sources proches du Conseil européen ont cependant indiqué que les patrouilles européennes ne pourraient pas être dépêchées dans les eaux territoriales. C’est une des raisons pour lesquelles l’UE est favorable à une coopération avec l’agence de garde-côte du pays. Bruxelles espère ainsi fermer la route de la Méditerranée centrale.

Les dirigeants européens sont convaincus que « le seul moyen de mettre un terme aux morts en mer et dans le désert, et le seul moyen de reprendre le contrôle de l’immigration en Europe ».

Répétition d’un accord controversé ?
L’UE tente donc de reproduire avec la Libye l’accord conclu avec la Turquie l’an passé, qui a permis de mettre un frein aux arrivées en Grèce. L’an dernier, un million de migrants sont ainsi passés par la Turquie et la Grèce pour atteindre l’Allemagne. Sur la route de l’est de la Méditerranée, la pression migratoire n’a pas disparu, mais les arrivées ont dégringolé de 98% les quatre derniers mois de 2016.

La Libye n’est cependant pas la Turquie, et il pourrait être difficile de conclure un vrai accord sur l’immigration avec Tripoli. Angela Merkel, la chancelière allemande, a ainsi déclaré que le gouvernement libyen n’a pas la stabilité nécessaire pour une réelle coopération et qu’il faudra faire davantage d’efforts pour impliquer les pays d’Afrique du Nord et subsaharienne.

« Nous avons fait des progrès. Nous nous dirigeons dans la bonne direction », a quant à lui affirmé Joseph Muscat lors d’un entretien avec Euractiv. Il assure qu’il « n’abandonnera pas son objectif et pense toujours que la réplication de l’accord UE-Turquie avec les pays d’Afrique du Nord, qui permet de briser le modèle commercial des passeurs, doit rester le but affiché de toute politique migratoire réaliste et durable. »

Les groupes de défenses des droits de l’Homme ont toutefois rappelé que la Libye restait un pays peu sûr et que les droits des demandeurs d’asile qui y sont renvoyés ne peuvent être garantis. En réalité, selon Amnesty International, les opérations navales européennes Sophia et Triton ne font que déléguer les opérations de sauvetage aux garde-côtes en leur communiquant des informations, notamment sur la localisation des bateaux, et en facilitant ainsi leur interception et leur renvoi en Libye.

« La proposition de limiter les opérations de sauvetage européennes et d’encourager (et indirectement de financer) les garde-côtes libyens à combler le manque est une tentative à peine voilée d’empêcher les migrants et réfugiés d’arriver en Europe. Des dizaines de milliers de personnes se retrouveront coincées dans les zones en conflit et risqueront la torture et l’exploitation », a dénoncé Iverna McGowan, directrice du bureau bruxellois d’Amnesty International Europe. « Ce projet n’est que la dernière, même si c’est peut-être la plus honteuse, indication que les dirigeants européens tournent le dos aux réfugiés. »

Un groupe de spécialistes des droits de l’Homme de l’ONU a également déconseillé à l’UE de mettre en place un système soutenant le renvoi des migrants vers des pays où ils risquent la torture et d’autres traitements inhumains ou dégradants.

L’Europe ne peut pas uniquement voir la Libye dans une perspective migratoire, estime Luigi Scazzieri, du centre pour la réforme européenne. Il faut stabiliser le pays, en favorisant un compromis entre les différentes factions. La violence s’intensifie et les conditions humanitaires empirent, souligne-t-il, l’action devient urgente.

Source : Euractiv


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top