News

Intéressant pour info, en particulier pour l'appellation du Togo. On ne peut toutefois ne pas émettre des réserves sur une certaine forme d'apologie du "modèle" colonial allemand et de ses soi-disant bienfaits pour ce pays africain en termes d'infrastructure, d'aménagement territorial, d'acquisition d'esprit de rigueur etc. ... 

Cette apologie du colonialisme fait penser aux vertus civilisationnelles, au "temps béni" des colonies, aux "aspects positifs" de la colonisation, aux "bienfaits" de la colonisation, tels qu'ils ressortaient en particulier de la loi française n° 2005 - 158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés. 

C'est ainsi que l'article 1 parle de "l'œuvre accomplie par la France dans les anciens départements français d'Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Indochine ainsi que dans les territoires placés antérieurement sous la souveraineté française ".

L'article 4, alinéa 2, va plus loin, en glorifiant la colonisation française et en la parant de bien des vertus, à travers son "rôle positif", en particulier en Afrique du Nord : " Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, en accordant à l'histoire et aux sacrifices des combattants de l'armée française issus de ces territoires, la place éminente à laquelle ils ont droit ". 

Ce n'est qu'après une très vive polémique aussi bien en France qu'au sud de la Méditerranée, principalement en Algérie, que cet alinéa 2 de l'article 4 de cette loi a été abrogé par le décret n° 2006-160 du 15 février 2006 ... (Abdelkrim Belguendouz)

Des ponts, non des murs !
(Editorial écrit par Samir ABI et publié par le Journal Allemand « Taz » le 28 juin 2017 dans le cadre du Forum Mondial sur la Migration et le Développement : taz.de/)
Plus d’un quart de siècle après sa chute, le mur de Berlin reste dans la conscience collective comme un des faits les plus marquants du siècle écoulé. La honte qu’il a suscité et la joie manifeste qui a caractérisé sa démolition restent à jamais inscrites dans nos mémoires. Au moment où ce mur tombait, en 1989, j’étais encore tout jeune, vivant au Togo et admirant l’Europe, ses valeurs de liberté et sa démocratie. Et comme beaucoup de jeunes togolais, l’Allemagne était le pays qui bénéficiait le plus de notre admiration.

Le hasard de l’histoire a fait que mon pays « le Togo » ait été nommé ainsi par les colons allemands. Suivant les pas des autres nations européennes dans la conquête des terres africaines, le chancelier Bismarck envoya le Dr Gustav Nachtigal négocier des « traités de Coopération » avec les royautés qui vivaient sur ces terres que les allemands nommèrent par la suite « Togoland ». Ainsi nait l’histoire du pays nommé « Togo » dont je tiens actuellement le passeport. Si par la suite le Togo devint une colonie française, l’amour des allemands n’a jamais quitté cette terre qui jusqu’alors leur doit le tracé des principales routes nationales, les voies ferrées, la capitale Lomé et ses premiers plans d’aménagements. Malgré la brutalité des troupes allemandes qui ont brimé, à la force des baïonnettes, tous les peuples vivant sur ces sols qui refusaient de signer des « traités de coopération » avec ces « envahisseurs » migrants européens d’alors, le peuple togolais a gardé en souvenir la rigueur allemande au travail et leur pragmatisme dans la gestion autonome de la « colonie modèle » qu’était à leurs yeux le « Togoland ».

La tenue du Forum Mondial sur la Migration et le Développement à Berlin, en Allemagne, m’incite, en tant qu’héritier de cette histoire, à partager avec le peuple allemand ce passé commun qui a été le nôtre. Le passé récent a fait également de l’Allemagne, le pays européen qui a le plus soutenu le peuple togolais en lutte pour la démocratisation dans les années 90. Fuyant la répression de ces années de plomb et de terreur, les opposants togolais ont trouvé refuge en Allemagne d’où ils ne cessèrent de continuer la lutte pour le respect de la volonté du peuple togolais d’une alternance démocratique. De réfugiés, ils devinrent des migrants qui contribuent chaque année à 10% de PIB du Togo par leur transfert de fonds. Les souvenirs marquant de ce passé commun ne laissent plus la place qu’à l’amertume que vivent à l’heure actuelle de nombreux togolais face aux murs que l’Allemagne érige avec l’Afrique.

La politique d’expulsion de nombreux togolais déboutés de leur demande d’Asile et les refus massifs de visa dont font l’objet les citoyens togolais désirant se rendre en Allemagne ont vite fait de briser l’idylle amoureuse entre les héritiers du « Togoland » et l’Allemagne. Le rapprochement politique entre Lomé et Berlin est venu également ajouter de la tiédeur dans la passion allemande au Togo. La volonté du Gouvernement Allemand de prendre pied économiquement en Afrique en ne tenant pas compte de la gouvernance démocratique et du respect des droits humains par les gouvernements africains avec lesquels il signe des « traités de coopération » est sans cesse dénoncé par la société civile aussi bien en Allemagne qu’en Afrique. Le nouveau « Plan Marshall » que propose l’Allemagne à certains pays africains est une preuve supplémentaire du retour vers les temps de conquête coloniale où la recherche de débouchés économiques est le maître mot de la coopération entre les pays européens et l’Afrique.

Mais face aux nouveaux murs de « Berlin » qui se créent sur le continent africain à cause du financement accordé par l’Union Européenne et des pays comme la France, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne aux pays africains pour bloquer la mobilité des africains sur leur sol, il devient nécessaire de renouer avec les mobilisations qui ont permis la chute du mur de Berlin en 1989. En ce sens, le rôle des journalistes en Europe comme en Afrique est primordial. Par la plume, la voix ou l’image, ces derniers ont les outils pour éclairer les opinions publiques et vaincre les idées propagées par les groupes et partis fascistes qui créent des situations conflictuelles entre les peuples pour s’assurer la conquête ou la conservation du pouvoir. Il était donc de notre devoir de nous associer à ce chantier lancé par le journal allemand Taz (die tageszeitung) pour aider à briser les nouveaux murs de « Berlin » à la force de nos plumes. Puisse ces mots en inspirer d’autres pour plus de ponts entre les peuples et les cultures à travers le monde. (Samir ABI est le Secrétaire Permanent de l’Observatoire Ouest Africain des Migrations)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top