News

«Comment décrire la place de chacun dans une société ? Comment rendre compte de la position sociale atteinte par un individu, par une famille ou par un groupe ? Le sociologue Rémi Sinthon, sʹest penché sur la question et livre ses réflexions sur les questions de stratification et de mobilité sociales. "Repenser la mobilité sociale" aux éditions de lʹEHESS [École des hautes études en sciences sociales].» Source

Des intellectuels vains et pédants qui ont l’art de parler pour ne rien dire. Ces spécimens représentent la stérilité des théoriciens à l’état pur :


Sociologues, scientifiques, linguistes, politologues des facultés de Sciences, des Hautes écoles, des écoles de cinéma, des écoles de journalistes, des Universités du développement et leurs dérivés, tous ces nouveaux diplômés sortent en grandes quantités annuelles pour rejoindre les rangs des têtes pensantes de la collectivité... Et comme un malheur ne vient jamais seul, ces charlatans diffusent leur « science » dans les médias et dans l’enseignement avec leur posture de savants. Ces intellectuels stériles ont pour but final, se procurer un rang social dans la société. 

Les strates et statuts sociaux sont enseignés dans les facultés. En perpétuant ces fadaises, ces écoles exercent un effet délétère. Ces experts deviennent la nouvelle couche sociale de parasites, de fonctionnaires et de scientifiques subventionnés qui vont vivre sur le dos de la collectivité et bénéficient de salaires triples ou quintuples de la plupart de ceux qui les entretiennent, pour continuer à disserter sur les inégalités entre les couches sociales…


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top