News

Vous doutez de Facebook, vous avez déjà envisagé de vous désinscrire ? Bravo ! Nous essayons dans cette brochure d’élargir le débat, de présenter d’autres réseaux sociaux par nature respectueux de l’utilisateur et plus riches en fonctionnalités, et enfin de montrer que faire d’autre que de critiquer et quitter Facebook pour adopter de bonnes manières dignes d’un internet libre (courriel, messagerie instantanée, conférence vidéo, etc). 

Utiliser Facebook a des conséquences Facebook est une entreprise dont le modèle économique repose sur la collecte des données personnelles de ses utilisateurs pour les revendre à des publicitaires. Ces informations très précises leurs permettent de mettre sous les yeux des internautes des publicités correspondant à leur profil

l. Ces derniers sont donc plus susceptibles de cliquer dessus. Ainsi Facebook n'est pas un produit/service. Nous sommes le produit que Facebook vend, et cela a des conséquences très concrètes que nous allons voir. 

De plus, à cause de sa structure, de son architecture hyper centralisée et de son opacité de fonctionnement technique, l'entreprise Facebook nous enferme, fait de nous ce qu'elle veut et a le pouvoir de censurer ce qui lui déplaît. Nous lui opposons le modèle et l'idéologie des logiciels libres et des réseaux sociaux distribués insensibles à la censure. 

Enfin, nous verrons que l'image cool et jeune de son fondateur est mise en avant, mais que la réalité des financeurs aux manettes est bien différente et on ne peut plus conservatrice. 

1.1 Au secours, on est enfermé ! Imaginez que vous ayez une adresse mail chez Laposte, et que vous ne puissiez envoyer de mails qu'aux gens qui sont également chez Laposte. Ne serait-ce pas scandaleux ? 

C'est pourtant ce qui nous arrive avec Facebook ! Avec les messages, la messagerie instantanée, les galeries photo, etc. En adoptant des alternatives libres (lire plus bas), vous gagnez en liberté. . . et en options bien pratiques ! 

1.2 Le danger d'être suivi à la trace C'est scandaleux ce que font des banques ou des compagnies d'assurance avec nos données personnelles. Pourtant, ce n'est pas très surprenant, et comme c'est grâce à nous qu'elles en ont le pouvoir, nous pouvons l'éviter. 

Mais quel est le danger ? Certes, que google ou face de bouc sachent tout de nous est flippant, mais nous n'avons rien à nous reprocher. 

Supposons que vous recherchiez le mot "Herpes" sur google. Lorsque vous cliquez sur un lien, votre terme de recherche est envoyé à ce site, en même temps que des informations concernant votre navigateur et votre machine, ce qui permet de vous identifier de manière unique quasiment à coup sûr.







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top