News

Le sujet des cryptomonnaies est toujours difficile à aborder car il déclenche les passions et une attitude quasi-religieuse de la part de ses admirateurs, et que l’on se le dise, je suis un admirateur des cryptomonnaies en général, du Bitcoin en particulier mais surtout de la technologie qui sous-tend toute cette révolution à savoir les « blockchains ».

Bien évidemment, en tant que citoyen engagé pour la liberté et comme économiste comprenant le pouvoir extraordinaire de battre monnaie et de ce qu’il implique, hélas de tout temps de domination et d’abus, imaginer une monnaie libre, neutre, et décentralisée, idéalement basée sur une réserve d’or gérée de façon indépendante par une organisation non gouvernementale, serait une révolution, monétaire, économique, et aussi fondamentalement politique.

La monnaie c’est le pouvoir. Aujourd’hui la domination monétaire reste l’apanage du dollar, et les Etats-Unis n’hésitent pas un seul instant à utiliser leur monnaie comme un instrument de domination, et de punition. Tous les « Em-pires » font la même chose. Ne soyons pas surpris.

Le problème c’est que cette révolution blockchain, à mon sens ne pourra accoucher à termes que de cryptomonnaies d’Etats car ceux qui détiennent le pouvoir exorbitant de battre monnaie, ne le céderont à aucun prix.

S’il y a autant d’arnaques et de problème dans l’environnement des cryptomonnaies, c’est parce que les Etats laissent volontairement ce secteur sans régulation et ce faisant y introduisent un tel degré d’incertitude que ces cryptos ne peuvent pas devenir des alternatives patrimoniales sérieuses et crédibles.

Pire, elles sont un véritable danger pour les épargnants qui, ne maîtrisant pas tout cela, se font arnaquer et escroquer régulièrement notamment à l’occasion des « introductions de nouvelles cryptos ». Achetez, achetez ce token, ce coin ou cette crypto, qui est évidemment, toujours le futur bitcoin à venir, et qui vous rendra riche.

Bref, j’aborde ici dans ce vrai JT de l’éco toute cette thématique et si cette technologie est révolutionnaire, mieux vaut ne pas confondre épargne, gestion patrimoniale et spéculation pure dans un secteur totalement dérégulé et qui ressemble nettement plus au far-west qu’à une industrie civilisée.

Pour le reste n’oubliez pas cette citation que l’on prête à Mayer Amshel Rothschild « Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation, et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois. »

Napoléon ne disait pas autre chose lorsqu’il affirmait que « lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement, qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au dessus de la main qui reçoit. L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain ».

Peu importe l’époque, le continent ou le nom de la personne ! Un financier, une banque, ou une institution dont le métier est de gagner de l’argent a pour vocation à faire du profit et à dominer à travers sa maîtrise de la monnaie.

La réponse à cette tendance naturelle ne peut être que politique. Dans un monde idéal les politiques prendraient la technologie des blockchains pour créer une monnaie libre et sécurisée pour tous. Mais nous vivons dans un monde bien imparfait… ce qui n’est pas une raison pour ne pas rêver !

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top