News

Le 26 août dernier à Saint-Agrève (Ardèche), un chasseur a tué un chien qui rôdait à côté d'un bois. Devant les gendarmes, il a expliqué que l'animal aurait pu faire fuir le gibier avant l'ouverture de la chasse ce dimanche.

Deux coups de fusil : un dans la patte, un autre dans la tête. Le 26 août dernier, un chasseurs, habitant de Saint-Agrève (Ardèche), a tué le chien d'un agriculteur du village. En fin de matinée, il le voit rôder à côté d'un bois. Le jeune homme a son fusil avec lui et décide d'abattre l'animal, de peur qu'il attaque ou qu'il fasse fuir le gibier avant l'ouverture de la chasse.

Le propriétaire du chien, un agriculteur de Saint-Agrève, entend les coups de feu. Il parvient à bloquer le chasseur avec son tracteur. Il appelle les gendarmes. Devant les militaires, le tireur reconnaît les faits, qualifiés d'acte de cruauté sur un animal domestique. Il montre également où il a caché le cadavre de l'animal. 

Il garde son permis de chasse
Le jeune homme est convoqué au tribunal de Privas dans 6 mois, en février 2020. Son arme et ses munitions ont été confisquées. Mais l'homme pourra quand même se rendre à la chasse ce dimanche, car son permis de chasse ne lui a pas été retiré. 

Il ne touchera pas d'armes mais pourra, par exemple, s'occuper des chiens de chasse.


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top