News

C’est une décision historique et frappée au coin du bon sens qui a été prise par le pouvoir politique de l’État de Californie. En effet Uber et Lyft « en Californie devront désormais traiter leurs chauffeurs comme des employés, selon une loi qui vient d’être votée par l’Assemblée de l’Etat ».

A la manœuvre Lorena Gonzalez la députée démocrate à l’origine de cette loi a déclaré que « en tant que législateurs, nous ne permettrons pas aux entreprises qui se jouent du système en toute bonne conscience de continuer à faire des économies sur le dos des contribuables et des travailleurs ».

Et cette approche est logique !
Le problème fondamental soulevé par Uber à travers même l’idée d’ubérisation de la société, ce n’est pas l’évolution des usages ou des métiers qui est problématiques, c’est les ruptures d’égalité devant les charges et les coûts.

Si Uber peut faire beaucoup mieux pour moins, c’est parce qu’Uber exploite et paye à la tâche sans payer le véritable prix ou coût demandé pour tous les salariés traditionnels.

C’est exactement la même chose par exemple avec Amazon ou encore Apple.

Si nous allons encore plus loin, Apple peut vendre des téléphones portables très chers, fabriqués par des petits enfants chinois au mépris du droit fondamental en polluant loin de nos yeux pudiques et en important en consommant une énergie folle uniquement parce qu’on laisse toutes ces entreprises jouer avec d’autres règles que celles-imposées à celles qui travaillent, ici, et maintenant !

Le concept de concurrence juste, est le concept de la concurrence libre et non faussée.

La concurrence est évidemment terriblement faussée soit par de mauvais usages sociaux, soit par les effets de la mondialisation.

Ces effets produisent une paupérisation considérable dans nos propres pays.

Tout ce qui va dans le sens du respect des mêmes règles pour tous va dans le bon sens, car cela va dans la direction du principe d’égalité.





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top