News

La réaction actuelle du public à la pandémie de coronavirus déroute même les spécialistes de la propagande : Blake News @blakehounshell - 1:19 UTC · 6 mars 2020 Je regardais la chronologie de la pandémie de H1N1 [en 2009] émise par le CDC, et c'est aujourd'hui bien pire que dans mon souvenir. Je ne me souviens pas du même rythme de couverture quotidienne, mais c'était un environnement médiatique différent. Ou est-ce que je ne faisais juste pas assez attention ?

La panique actuelle de Covid-19 a été provoquée par sept semaines de propagande anti-chinoise quotidienne alors que les médias internationaux abusaient de la crise pour éreinter les fonctionnaires chinois, les citoyens et leur culture. Le H1N1 est originaire des États-Unis, qui n’avaient absolument pas réussi à le contenir. Il a donc échappé à la propagande.

La Chine poursuit ses excellents efforts pour maîtriser l’épidémie.

Aujourd’hui, la Chine a signalé 143 nouveaux cas d’infections confirmées et 102 nouveaux cas d’infections suspectées. Mais alors que le nombre de nouveaux cas en Chine continue de diminuer, le gouvernement chinois doit faire face à un nouveau problème. Que va-t-il faire pour empêcher les nouveaux cas importés ? Le 5 mars, le continent chinois a signalé 16 nouveaux cas importés confirmés d'outre-mer (11 dans la province de Gansu, 4 dans la municipalité de Pékin et 1 dans la municipalité de Shanghai). À minuit le 5 mars, le continent chinois avait signalé 36 cas confirmés importés d'outre-mer.

La Chine a critiqué les autres pays lorsqu’ils ont fermé leurs frontières aux Chinois. Il lui sera maintenant difficile de dire que leurs ressortissants ne sont pas autorisés à venir en Chine.

L’Iran, l’Italie et la Corée du Sud ont désormais plus de cas de coronavirus par habitant que la Chine qui en compte 0,057% par rapport à l’ensemble de la population. L’Iran en dénombre 0,059%, l’Italie 0,063%, et la Corée du Sud 0,132%. Ces chiffres devraient augmenter. Ils ont l’air très petits mais exploseraient si aucune mesure sérieuse n’était prise.

Covid-19 frappe principalement les personnes âgées. Il n’y a eu que peu de cas impliquant des enfants mais il ne fait aucun doute que les enfants peuvent être infectés. Une nouvelle étude suggère que les enfants y sont aussi sensibles que les adultes. Ils ne présentent tout simplement pas de symptômes forts. Pour lutter réellement contre un foyer de coronavirus dans une zone donnée, il faut donc fermer toutes les écoles voisines. Cela augmentera malheureusement la perturbation sociale.

Le taux de mortalité en Italie confirme la tendance selon laquelle la plupart de ceux qui meurent de la maladie sont des personnes âgées (traduction automatique) : L'âge moyen des patients décédés et positifs au Covid-2019 est de 81 ans, principalement des hommes. Dans plus des deux tiers des cas, ils présentent au moins trois pathologies préexistantes. Cela a été confirmé par une analyse réalisée par l'Istituto Superiore di Sanità sur 105 patients italiens décédés jusqu'au 4 mars. ... L'âge moyen des patients examinés est de 81 ans, soit environ 20 ans de plus que la moyenne des patients ayant contracté l'infection. Il y a 28 femmes (26,7%). Selon les données de l'ISS, 42,2% des décès se situent dans la tranche d'âge entre 80 et 89 ans. 32,4% avaient entre 70 et 79 ans, tandis que 8,4% entre 60 et 69 ans, 2,8% entre 50 et 59 ans et 14,1% après 90 ans.

Seuls les gestionnaires de fonds de pension apprécieront ces chiffres.
Les estimations générales du taux de mortalité pour les infections au Cov19 ont été légèrement abaissées. Juste après la première épidémie dans la ville de Wuhan, le taux de mortalité était le plus élevé, avec environ 14% des cas. Ce nombre a fortement diminué à mesure que la ville recevait les ressources dont elle avait besoin. Il est désormais proche de 3%. Le taux de mortalité en Chine en dehors de la province de Hubai est d’environ 0,7%. S’il y a un nombre important d’infections asymptomatiques, le nombre réel sera encore plus faible.

Le plus grand danger est alors le manque de capacités dans les institutions médicales. La Chine a pu rapidement construire de nouveaux hôpitaux à Wuhan et a déplacé 40.000 agents de santé de l’extérieur de la ville pour aider à lutter contre l’épidémie.

Il est peu probable que les États-Unis et les pays européens soient en mesure de faire des efforts similaires si l’épidémie s’élargit. C’est pourquoi ils doivent immédiatement réagir aux nouveaux foyers apparus et empêcher ceux-ci de se développer davantage. Les tests doivent devenir largement disponibles et doivent être gratuits. Sinon, les cas persisteront dans certaines communautés et entraîneront soudainement des épidémies plus importantes. Voici la façon de ne pas vaincre une épidémie : Grâce à des entretiens avec des dizaines de responsables de la santé publique et à une enquête sur les données locales à travers le pays, The Atlantic a pu vérifier que seulement 1895 personnes ont été testées pour le coronavirus aux États-Unis, dont environ 10% se sont révélés positifs. Et tandis que la capacité américaine à tester le coronavirus s'est considérablement accrue ces derniers jours, les autorités locales ne peuvent toujours tester que plusieurs milliers de personnes par jour, et non les dizaines ou les centaines de milliers indiquées par les promesses de la Maison Blanche.

Même les infirmières américaines qui ont eu des contacts avec des patients infectés ont du mal à se faire tester.

Certains responsables iraniens n’ont commencé à prendre la flambée au sérieux qu’après que plusieurs de leurs collègues soient tombés malades. Il semble que le résident actuel de la Maison Blanche a une mentalité similaire. Trump ne commencera un effort sérieux qu’après que des personnes proches de lui auront été testées positives ou tombent malades. Il n’a demandé que 2,5 milliards de dollars au Congrès pour lutter contre l’épidémie. Le Sénat a adopté ensuite un projet de loi de dépenses de 8,3 milliards de dollars pour les problèmes liés aux coronavirus. Cela ne suffit toujours pas et des mesures législatives plus urgentes doivent être prises.

Trump serait mieux avisé de se taire et laisser les professionnels faire leur travail. Politiser l’épidémie ne fera que renforcer la méfiance dans les déclarations officielles : Lorsque le vice-président Mike Pence a ordonné aux scientifiques de coordonner la communication avec la Maison Blanche, il a fait exactement l'inverse de ce qu'il faut faire : la classe politique devrait accorder sa communication sur la santé à l'avis des scientifiques de confiance au CDC et au NIH.

Le choc économique mondial que l’épidémie était censée provoquer s’installe. Les compagnies aériennes se font maltraiter en bourse alors que de plus en plus de personnes refusent de voyager : Les actions des sept principales compagnies aériennes américaines ont fortement réagi aujourd'hui, avec des baisses en milieu d'après-midi allant de -6,8% pour Delta à -16% pour Spirit Airlines, qui est désormais en baisse de 49% depuis le 17 janvier avant que le coronavirus ne menace l'industrie du voyage. ... Les nouvelles estimations de l'IATA voient un schéma avec deux scénarios pour 2020 : - Dans le scénario de «propagation limitée», où le virus est «contenu sur les pays actuels avec plus de 100 cas au 2 mars», les revenus mondiaux des passagers diminueraient de 63 milliards de dollars, soit 11% des revenus attendus en 2020. - Dans le scénario de «propagation étendue», où le virus est présent sur «tous les pays qui comptent actuellement au moins 10 cas confirmés de COVID-19 au 2 mars» et «avec une propagation plus large» du virus, les revenus mondiaux des passagers diminueraient de 113 milliards de dollars, soit 19% des revenus en 2020.

Plusieurs grandes compagnies aériennes feront faillite et des milliers de personnes perdront leur emploi.

La panique autour de l’épidémie crée un choc de demande de deux manières différentes. Certains produits sont soudainement en forte demande et des pénuries apparaissent alors que les gens entassent du papier toilette et des masques. De l’autre côté, les dépenses pour les restaurants et les vacances s’évaporent. Il y aura également des pénuries d’approvisionnement, les entreprises ayant des travailleurs infectés, notamment en Chine, ayant fermé leurs portes.

Tout cela crée des perturbations et des pertes économiques pour les entreprises et pour de très nombreux individus.

Certaines entreprises font les bonnes choses. Comme il y a une épidémie à Seattle, Microsoft a dit à ses employés qui peuvent travailler à domicile de le faire. Mais il y a aussi des travailleurs horaires qui travaillent pour les fournisseurs et qui occupent des emplois dans les cafés du campus. Microsoft promet de s’en occuper : Nous reconnaissons les difficultés que la perte de travail peut entraîner pour les employés horaires. En conséquence, nous avons décidé que Microsoft continuerait de payer, à tous nos fournisseurs de services horaires, les salaires habituels pendant cette période de besoins de services réduits. Cela est indépendant de la nécessité de leurs services complets. Ainsi, à Puget Sound par exemple, les 4.500 employés horaires qui travaillent dans nos installations continueront de recevoir leur salaire régulier même si leurs heures de travail sont réduites.

Cette attitude raisonnable devrait être plus répandue.

Moon of Alabama


 
Top