News

Ce qui nous arrive est prévu et monté depuis longtemps. Une grande partie fut révélée par l’écrivain d’origine soviétique Daniel Estulin en 2005. Voici une interview de Daniel Estulin (auteur de nombreux ouvrages sur le globalisme, sur le Club Bilderberg, l’institut Tavistock etc) par Goyo G. Maestro pour le site espagnol larazon.es

S’il y a un sujet favorable pour les complots, c’est bien le coronavirus, et s’il y a quelqu’un de compétent en la matière, c’est Daniel Estulin, auteur de plusieurs livres sur le club Bilderberg et analyste du renseignement russe. Estulin ne sait pas quelle est l’origine de la « pandémie » , mais il n’exclut pas la version suggérée par les responsables chinois selon laquelle l’armée américaine aurait introduit le virus en Chine . Ce qui est clair, c’est que cette crise sanitaire – « qui est secondaire » – va accélérer la fin du cycle que, ajoute-t-il, nous vivons, avec l’effondrement des marchés et la fin de l’ère entamée avec les accords de Bretton Woods en 1944. « L’Espagne ne peut pas sortir vivante de cette crise », prédit-il dans cet entretien avec LA RAZÓN.

Comment le monde va-t-il changer après le coronavirus ?

Ce qui nous attend, c’est une crise d’une ampleur que nous n’avons connue que deux fois au cours des deux derniers millénaires. La première a eu lieu entre les 4e et 6e siècles, lorsque la féodalité est apparue. Et le deuxième moment est venu avec la naissance du capitalisme à partir du XVIe siècle. Ce que nous vivons actuellement, c’est la fin du capitalisme, une crise systémique planétaire. Le capitalisme a besoin d’une expansion continue pour ouvrir de nouveaux marchés, car sans de nouveaux marchés, le capitalisme meurt. Cela a été dit par Karl Marx et Adam Smith. Le coronavirus est une excuse pour chercher une explication de la faillite des marchés planétaires, alors que c’est quelque chose qui a commencé bien avant. La situation italienne est également facile à expliquer. 114 banques en Italie sont en faillite. Avoir des coronavirus est génial car ils peuvent arrêter de payer et blâmer le virus pour le défaut.

Le monde est-il prêt à affronter une crise de cette ampleur ?

Le modèle économique a pris fin. En 1991, les deux modèles existants, le communiste et le capitaliste, ont été réunis en un seul qui a duré jusqu’en 2008, lorsque le début de la fin a commencé. En 2008, il y avait encore des moyens de sauver le système, de nettoyer les éléments parasites, mais maintenant il y a des bulles créées par les banques, qui ont augmenté la dette de 70%, qui ne peut pas être éliminée si ce n’est par une guerre thermonucléaire ou bactériologique ou avec un coronavirus, un cas de force majeure qui dans la plupart des contrats permet de ne pas payer la dette. Le modèle négocié à Bretton Woods en 1944 ne fonctionne qu’avec une expansion illimitée du capitalisme. Mais nous sommes arrivés à la fin et ce que nous voyons maintenant sont les conséquences de la faillite.

Y aura-t-il des mouvements géopolitiques majeurs ? Des Gagnants et perdants après cette « pandémie » ?

Les États-Unis et la Chine ont conclu un premier accord commercial, qui donne aux Américains les gagnants. Mais la Chine et les États-Unis sont les deux faces de la même pièce, ils sont le même système économique. Alors que Trump remporte cet accord commercial, nous voyons maintenant la réponse de la Chine. Xi Jinping , qui est empereur et non président, joue de manière asymétrique et prend les cartes après que les États-Unis aient gagné la guerre commerciale et que l’Europe a fermé les portes de la Chine avec des droits de douane. Il existe de nombreux coronavirus en Chine. Et la conséquence de cela est la fermeture des marchés et des entreprises. Aucun navire chinois n’est arrivé dans les ports américains en un mois. C’est pourquoi il y a une telle pénurie, car la plupart des choses sont fabriquées en Chine.

L’Europe semble être prise en tenaille entre les États-Unis et la Chine. Peut-elle être renforcée par cette crise ou, au contraire, va-t-elle s’affaiblir ?

Depuis 1991 et jusqu’à récemment, nous avions un monde unipolaire, dominé par le monde libéral des banquiers financiers, où la croissance se fait aux dépens des autres. À la mort de l’Union Soviétique et pendant que l’Occident était en mesure de s’étendre, le système unipolaire a continué à fonctionner jusqu’en 2008. Nous assistons maintenant à la mort d’un système et à la naissance d’un nouveau dont personne ne sait rien. C’est pourquoi Poutine, Trump et Xi Jinping parlent de s’asseoir après les élections américaines et de décider des nouvelles règles du jeu pour ce monde d’après-crise et d’après Bretton Woods. Depuis 1991, la lutte a lieu au sein du capitalisme, une lutte entre financiers, banquiers et parasites de Wall Street contre les chefs d’entreprise nationalistes. Donald Trump est le visage visible de ce groupe alternatif anti-banquier et anti-libéral. S’il remporte les élections de novembre, on peut dire que le libéralisme touche à sa fin, mais je ne parle pas du libéralisme pensé par Voltaire, mais du libéralisme financier parasite qui ne produit rien et vit de la spéculation. L’Union Européenne est le premier exemple de ce libéralisme planétaire effréné, et est donc vouée à mourir. Dans une génération, il ne restera plus que très peu de ce qui est aujourd’hui l’Europe. Il y a de fortes chances qu’il y ait une tonne de nouveaux pays.

Pensez-vous que cette « pandémie » pourrait nuire aux aspirations de Trump à gagner sa réélection en novembre ?

Joe Biden, atteint de démence, représente le visage des financiers libéraux. Trump n’est même pas le représentant du Parti républicain, mais le visage visible de l’aile industrielle nationaliste. Mais le combat n’est pas entre Trump et Biden. Le seul pays au monde capable d’expliquer ce qui se passe est la Russie parce que nous sommes les descendants de l’URSS, qui était un modèle alternatif et réussi qui a fait faillite pour des raisons que je ne vais pas expliquer maintenant faute de place. Si Trump gagne, il va continuer le combat contre le libéralisme, représenté par les agences de renseignement, la bureaucratie de Washington, les médias, la Silicon Valley, Hollywood, etc.

Les responsables chinois ont laissé entendre que l’armée américaine avait introduit le virus en Chine. Que pensez-vous de la théorie ?

Je ne suis pas virologue et je ne vais pas lancer des théories du complot. Je ne sais pas quelle est l’origine de la « pandémie ». Mais je ne douterais pas non plus de cette théorie, d’autant plus que les États-Unis sont un pays qui a pu larguer une bombe atomique et se lancer dans d’innombrables guerres. Le combat est maintenant de définir le modèle post-crise. Le coronavirus est secondaire. Il y a une hystérie planétaire avec ce virus, mais ce n’est que le prélude au premier acte, qui débutera en septembre ou mars de l’année prochaine au plus tard. Ensuite, les gens descendront dans la rue, car un jour ils se rendront compte que les banques seront fermées. C’est ce qui s’est passé en Union Soviétique en 1991, lorsque 40% de la population a perdu le moindre sou de ce qu’elle avait en banque. Cela va se produire à l’échelle planétaire. Ce qui s’en vient, c’est une crise systémique deux ou trois fois pire que celle de 1929.

La classe moyenne avait déjà commencé à décliner dans de nombreux pays depuis 2008. Pensez-vous que ce processus va maintenant s’accélérer ?

Oui, nous sommes confrontés à la fin de la classe moyenne, qui a fortement émergé en Espagne dans les années 60 et 70 et s’est renforcée aux États-Unis sous l’ère Reagan. Maintenant que nous approchons de la fin du modèle, la classe moyenne va mourir. Les gens sortiront et seront criblés de balles. Toutes les mesures martiales et de type couvre-feu actuellement testées sont des méthodes pour affiner le plan de sécurité de fer qui viendra dans six mois ou un an au plus. Les forces de sécurité nationales font une répétition générale de ce qui est à venir. Tout ce qui se passe maintenant, je l’explique depuis 15 ans.

Les gouvernements de nombreux pays ont annoncé des plans de sauvetage ambitieux. Dans quelle mesure ces mesures seront-elles efficaces pour sortir avant la récession à venir ?

Lorsque les entreprises ouvriront dans un, deux ou trois mois, elles seront en faillite et les autres ne pourront pas payer les salaires. Et s’ils ne paient pas, les travailleurs ne peuvent pas acheter. Il y aura un effet domino. L’Espagne n’a pas d’industrie lourde et son agriculture, comme vous faites partie de l’Union Européenne, s’est envolée vers d’autres pays. Vous n’avez pas non plus votre propre politique monétaire car tout est décidé en Europe. Vous n’êtes pas un pays, comme les autres pays européens. L’Espagne ne peut pas sortir vivante de cette crise. L’aide est bonne mais elle ne servira à rien car la crise n’est pas un secteur, elle est systémique. En Allemagne, Deutsche Bank est en faillite depuis des années. Et Commerzbank aussi. Ces deux banques ont perdu 90% de leur valeur en Bourse. Boeing est sur le point de faire faillite, General Electric pareil. Je peux vous donner une énorme liste d’entreprises dans cette situation. Mais il ne s’agit pas d’un certain nombre d’entreprises, mais d’un modèle. Aucun des douze lauréats du prix Nobel d’économie depuis 2008 n’a expliqué la crise systémique qui s’abat sur nous.

Que pensez-vous lorsque vous êtes qualifié d’alarmiste et friand de théories du complot ?

Il y a des années, quand j’ai commencé à publier des livres comme ceux du club Bilderberg, les gens disaient que j’étais un théoricien du complot. Ce n’est pas la vérité. Je suis docteur en intelligence conceptuelle et je suis colonel du contre-espionnage militaire russe, avec 24 ans de service . Je travaille avec les présidents, les premiers ministres et les banques centrales de différents pays, aujourd’hui plus que jamais. Avec ce qui arrive aujourd’hui et ce que j’ai expliqué dans mes livres, le sourire narquois a été effacé de plus d’un visage. La faillite est partout autour de nous et tout le monde l’a remarqué. Mes prévisions au niveau économique, politique et social sont là.








0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top