News

Intervention publique de Morad El Hattab le 6 septembre 2020 à la Manifestation contre les réseaux pédocriminels et les placements abusifs en France, place de la Bastille à Paris. 

Morad El Hattab est conseiller-expert en ingénierie financière et en intelligence économique. Il est également écrivain et philosophe et se bat pour mettre en lumière et démanteler les réseaux pédocriminels. 



Lettre ouverte à Laurent NUNEZ-BELDA
Paris, vendredi 26 juin 2020, à 13h.  
Monsieur Laurent NUNEZ-BELDA, 
Monsieur le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur. Voici cinq ans que je suis engagé dans un combat contre un réseau pédocriminel au sein de nos institutions où l'omerta est de rigueur. 

Vous n'êtes pas sans savoir qu'aujourd’hui en France, chaque année, 165000 enfants sont violés, soit plus de 200 enfants par jour, la majorité étant des enfants de milieux modestes. 

Vous n'êtes pas sans savoir qu'aujourd'hui en France, cela concerne principalement des enfants de type européen « blanc »... et à présent, des enfants de type africain et arabe « de couleurs ». 

Vous n'êtes pas sans savoir qu'après enquêtes diligentés par vos soins, l'identité de plusieurs agents de la DGSI (Direction générale de la Sécurité intérieure), d'un vice-procureur ainsi que de quatre magistrats, qui ont abusé de l'autorité conférée par leurs fonctions dans mon Affaire. 

Je n’ai reçu aucune réponse de votre part à mes courriers recommandés, suite à des dysfonctionnements extrêmement graves (constatés par le Défenseur des droits) au sein de votre Institution et de la Préfecture de Police de Paris dans une Affaire d'infractions à caractère sexuel commises sur des enfants mineurs. 

Par la force des choses, je suis contraint de rendre public ce que le cerveau ne veut pas croire malgré des preuves accablantes, en effet, vous n'êtes pas sans savoir que je me bats à titre privé pour mes enfants qui subissent le même sort et qu'après 5 ans de procédure, celle-ci n'a pas été transmise au Procureur général de Paris, comme les termes de l'article 40 du Code de procédure pénale vous imposent l'obligation : « pour toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire, dans I ‘exercice de leurs fondions », de signaler des crimes ou délits dont il a eu connaissance ? Pourquoi? 

La loi prévoit une instruction sous deux mois au minimum (délai raisonnable) lorsqu'il y a violence sur une femme ou sur enfant mineur. Mon affaire au bout d'un an ne trouve toujours pas de juge d'instruction. Normal ? 

Les quelques fonctionnaires de Police, pédocriminels déviants, et leurs complices (IGPN, Préfecture de Police de Paris, Commissariats des 8ème et 17e arrdt, et de Versailles), ont « profité » de l'État d'urgence, régime d'exception dérogatoire au droit commun qui instaurait des mesures restrictives de libertés, pour ficher S et humilier des innocents de confession musulmane sous prétexte de « déradicalisation ». Pourquoi? 

Grâce à des complicités institutionnelles, ils ont été en mesure de violer et de torturer des enfants français de parents musulmans, parfois en les emmenant à l'étranger, en couvrant leurs forfaits grâce à des artifices juridiques (entre autres, changement et disparition de pièces d'identité) et une loi de silence évidente. Normal ? 

Le cas du Commandant de la DGSI dans les Ardennes qui, au prétexte de la déradicaliser, a violé à plusieurs reprises une jeune fille mineure (de confession musulmane) et détenait dans ses ordinateurs (professionnel et privé) plus de 10000 vidéos de photographies pédopornographiques lors de son arrestation en juin 2019, aurait déjà éveiller votre attention. 

En tant qu'ancien directeur général de la Sécurité intérieure, comment avez-vous pu omettre de transmettre mon affaire à l'institution judiciaire ainsi que tous les noms des protagonistes. C'est d'ailleurs un fait aggravant puisqu'ils divulguent publiquement des lieux susceptibles d'être visés par des attentats terroristes mettant sciemment en danger nos concitoyens et les militaires de !'Opération Sentinelle ? Pourquoi ? 

Réalisez-vous que les Français vont découvrir que des fonctionnaires de Police, habilités SECRET DEFENSE, violent et torturent des enfants de parents majolilairen1ent d'origine algérienne, turque, marocaine, tunisienne, sénégalaise et malienne... et que vous fermez les yeux ? Normal? 

Les plus hautes autorités musulmanes de France vous ont déjà alerté à l'occasion de mon affaire, ainsi que le Président de la République et la garde des Sceaux, quant à de graves dysfonctionnements... Il est déjà connu et de nombreux personnages du monde judiciaire mettent en évidence que l'Aide Sociale à l'Enfance bénéficie d'un budget tellement démesuré qu'il en est suspect. Et pourtant l'ASE est dysfonctionnelle aujourd'hui, et de lourdes présomptions d'abus multiples d'enfants placés, sont régulièrement évoquées à l’occasion d’affaires bien souvent étouffées. 

Les Français sont depuis bien longtemps soumis et résignés devant ces méfaits, alors que I‘affaire Epstein aurait dû provoquer un sursaut salutaire. Si vos services sont incapables de démasquer les vipères en leur sein et de se réformer eux-mêmes, je jugerai dès lors pertinent de solliciter la cellule spécialisée du FBI (Etats-Unis) dans les trafics humains qui a déjà démantelée des réseaux pédocriminels en France, ainsi que d'autres États qui en ont fait une priorité nationale. 

Vous n’êtes pas sans savoir que le peuple français, et maintenant également avec l'appui des plus hautes autorités musulmanes de France, ne sont pas prêts à l'omerta, que d'autres subissent. Ils n' accepteront jamais que les enfants de notre pays soient violés, sodomisés et torturés... Il conviendrait donc que vous mettiez urgemment de l'ordre dans la maison, en vue d'un réexamen de ces dysfonctionnements qui relèvent du droit pénal : tant au niveau de I' ASE qu'au sein des forces de sécurité françaises. car s' il sera avéré que des policiers et des membres des services antiterroristes français, auront abusé de leur fonction pour voir leurs méfaits pédocriminels impunis, alors nous serons là en face d'un véritable scandale d'État. 

Dois-je vous rappeler que la Police nationale est un outil de l'État de droit, creuset républicain par excellence car elle est censée protéger les plus vulnérables et lutter contre l'injustice et l'arbitraire? Je ne doute pas qu'une majorité des fonctionnaires de Police et leurs syndicats en ont conscience et respectent leur code de déontologie, mais l'hypothèse de sombres détournements en son sein, inquiète la majorité de nos concitoyens et les interpelle sur la réelle posture des autorités françaises dans la lutte contre la pédocriminalité et le terrorisme sur notre territoire. 

Agissant avec raison et non avec des préjugés, je peux légitimement m’interroger sur votre attachement à nos principes républicains et laïcs d'autant que le Président de la République Emmanuel MACRON a dans son allocution, en novembre 2019 à l’occasion de la Journée internationale des droits de l'enfant, déclarait vouloir « protéger nos enfants face à de nouvelles menaces ». Comme je vous l'ai écrit à plusieurs reprises, vous me mettez dans l'obligation de rendre public mon alerte restée sans suite. J'en assumerai toutes les conséquences, y compris celle de vous mettre publiquement en porte-à-faux. et de débattre face à vous médiatiquement. Pourquoi pas ? Ceci afin de révéler la déliquescence de notre « Démocratie», et de votre Institution. 

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner qui a déclaré le 8 juin 2020 ne pas laisser « les agissements odieux de certains jeter I'opprobre sur toute une institution », ainsi que les Conseillers de l'Élysée et de la Place de Vendôme, nous lisent en copie. 

Je vous prie d'agréer, Monsieur le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, l'expression de mes sentiments républicains. 

Morad ELHATTAB
Écrivain et géopolitologue
Diplômé de I' Académie des Arts, des Sciences Et des lettres
Lauréat du Prix du livre franco-russe de l’APMC
Lauréat du Prix littéraire Lucien Caroubi, prix pour la Paix et la Tolérance.

P.S. : Copie au Président de la République Emmanuel Macron. à tous les Ambassadeurs (/drices) étrangers en France. À toutes les Associations de Protection de l’Enfance.


Source 


0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top