News

Brandy Vaughan qui décédée dans des conditions pour le moins suspectes. Brandy a été retrouvée morte par son fils de 10 ans le 8 décembre 2020. Elle dirigeait le site web Learn the Risk dot org.
Comment une lançeuse d’alerte âgée de 47 ans, en pleine santé et adepte d’un mode de vie impeccable a bien pu mourir en quelques heures à son domicile, sans appeler le moindre secours? La thèse officielle retenue serait que son décès est consécutif à une pathologie chronique de… la vésicule biliaire ! Jusqu’à preuve du contraire, voilà une explication parfaitement stupide. Retour sur le destin d’une femme au courage et à l’engagement exceptionnel mais qui vécut une partie de sa vie comme un enfer. Bonne lecture.
« J’ai choisi le courage. J’ai choisi la compassion. J’ai choisi l’intégrité. J’ai choisi la santé. J’ai choisi l’honnêteté. Et surtout, j’ai choisi l’amour. » Brandy Vaughan
J’ai croisé Brandy Vaughan à Paris en Septembre 2017, elle avait fait le déplacement pour appuyer la manifestation française réclamant le maintien de la liberté vaccinale face au projet de loi souhaitant imposer onze vaccins pédiatriques obligatoires. C’était voulu par l’ensemble des firmes pharmaceutiques produisant des vaccins, donc réclamé avec vigueur par l’ensemble de la profession médicale grassement entretenu par elles, Alain Fischer en tête. Bien que le collège des professionnels de la santé ait voté contre, on rappelle que ce projet fut adopté en séance nocturne et voté par une Assemblée Nationale quasi-déserte. J’étais donc chargé de préparer l’interview française aux côtés de Déborah Donnier et Senta Depuyt. Il suffisait de s’entretenir quelques minutes avec Brandy Vaughan pour ne plus jamais pouvoir l’oublier, bien sûr elle était d’une beauté rayonnante mais il y avait dans son regard une dureté presque dérangeante, la manifestation évidente d’une volonté peu commune mise à l’épreuve d’une vie qui avait déjà été très difficile.

Les années Merck, la catastrophe du Vioxx©
Brillante avocate engagée à 25 ans par le groupe Merck et présentant formidablement bien, Brandy Vaughan finit par intégrer les équipes commerciales de la firme dans les années 2000 afin de développer les ventes du futur blockbuster maison baptisé Vioxx©, un anti-inflammatoire de nouvelle génération de la classe des inhibiteurs de la Cox-2, censé provoquer moins de saignements digestifs que les molécules plus anciennes. Elle y croyait dur comme fer Brenda, à son Vioxx©, elle s’était même persuadée que la diffusion de cette molécule pourrait sauver des vies.

En 2004 c’est la désillusion absolue, on lui apprend que le Vioxx© n’entrainait certes pas plus de saignements digestifs mais était au contraire responsable de phénomènes de thromboses artérielles incontrôlables susceptibles de provoquer des infarctus du myocarde et des accidents vasculaires cérébraux à ses consommateurs. (Source)









 
Top