News

En Allemagne, plusieurs personnes meurent peu de temps après avoir été vaccinées contre le coronavirus. L'Institut Paul Ehrlich enquête sur les causes. Cependant, les experts s'attendent à ce que des facteurs autres que la vaccination aient joué un rôle.

L'Institut Paul Ehrlich a recensé dix nouveaux décès peu de temps après une vaccination corona - selon les experts. Des personnes seraient gravement malades sont décédées dans les quatre jours suivant la vaccination, a rapporté l'institut fédéral de Langen, Hesse, responsable des vaccins et des médicaments biomédicaux.

"Sur la base des données dont nous disposons, nous supposons que les patients sont décédés des suites de leur maladie sous-jacente - dans un lien de temps coïncident avec la vaccination", a déclaré Brigitte Keller-Stanislawski, chef du département responsable de la sécurité des médicaments et des dispositifs médicaux. Pour des raisons de protection personnelle, elle ne pouvait rien dire sur les cas individuels, "mais ce sont des patients très gravement malades avec de nombreuses maladies sous-jacentes". Certains ont été traités de manière palliative. Jusqu'à présent, plus de 800.000 personnes en Allemagne ont reçu leur première dose de vaccination.

Le président de l'Institut Robert Koch, Lothar Wieler, avait déjà souligné avant l'approbation par l'UE de la préparation Biontech, qu'en raison de la probabilité statistique "des gens mourront dans le temps avec la vaccination" - par exemple, parce que "les anciens et les personnes très âgées "qui sont généralement plus de risque de mourir en raison de leur âge.

Les effets indésirables de loin les plus fréquemment rapportés étaient les maux de tête, les douleurs au site d'injection, la fatigue et les courbatures. Ces effets secondaires temporaires sont plus forts que ceux d'une vaccination contre la grippe, a déclaré le président de l'Île-du-Prince-Édouard, Klaus Cichutek.

Six cas graves en France
En France, quatre cas de réactions allergiques et deux de tachycardie ont été constatés après une vaccination contre le Covid-19, selon l'ANSM. La mort d'un pensionnaire d'Ehpad venant d'être vacciné ne peut être imputée à l'injection selon l'agence.
Les premiers retours concernant des intolérances au vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech commencent à remonter en France avant la publication de rapports hebdomadaires. 
La mort d'un résident d'Ehpad deux heures après une injection du vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 le 13 janvier ne peut pas à ce stade être imputé au vaccin, selon l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).
«six effets indésirables graves avec une évolution favorable ont été observés en France avec le vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech lors de cette troisième semaine de vaccination», a poursuivi l'ANSM. Il s'agit de «quatre cas de réactions allergiques et deux cas de tachycardie».
Une trentaine de cas d'effets indésirables moins graves en lien avec le vaccin Comirnaty ont par ailleurs été enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance, selon l'ANSM. A la suite de cas de paralysies faciales dans d'autres pays après la vaccination, une expertise a été demandée à un centre de pharmacovigilance. Source

Norvège
Les responsables norvégiens ont déclaré que 23 personnes étaient décédées dans le pays peu de temps après avoir reçu leur première dose de vaccin. Parmi ces décès, 13 ont été autopsiés, les résultats suggérant que les effets secondaires courants pourraient avoir contribué à des réactions graves chez les personnes âgées fragiles, selon l'Agence norvégienne des médicaments.

La recommandation ne signifie pas que les personnes plus jeunes et en meilleure santé devraient éviter de se faire vacciner. Mais c'est une indication précoce de ce qu'il faut surveiller alors que les pays commencent à publier des rapports de surveillance de la sécurité des vaccins. Emer Cooke, le nouveau chef de l'Agence européenne des médicaments, a déclaré que le suivi de la sécurité des vaccins Covid, en particulier ceux qui reposent sur de nouvelles technologies telles que l'ARN messager, serait l'un des plus grands défis une fois les vaccins largement déployés.

La Norvège a commencé les vaccinations contre le Covid-19, fin décembre, juste après l'autorisation délivrée par l'Agence européenne des médicaments. Près de 33 000 personnes ont jusqu'à présent été vaccinées dans le pays, selon les données du tracker britannique OurWorldInData. 
Ces fous vaccinent même les malades en phase terminale ! Pourquoi pas également les morts tant qu'on y est ?


 
Top