News

Bogdan Herzog, le mystique roumain de Timisoara, note que si vous écrivez — COVID — en lettres hébraïques et que vous le lisez de droite à gauche — DIVOC — comme se lisent les mots hébreux, vous obtiendrez קוביד — , Dybbuk — le démon des cabalistes, l'esprit maléfique susceptible de pénétrer et de posséder une personne souffrant d'une « intensification des émotions ». Le Dybbuk est une figure populaire du folklore juif, qui fait l'objet de pièces de théâtre et de films. 

Herzog poursuit son analyse : l'analogie avec la possession démoniaque n'est peut-être pas aussi simpliste, voire comporte une certaine profondeur. Et si le Covid-19 relevait plus de la psychologie que de la biologie ? Peut-être que par l'induction d'une peur extrême — une « intensification émotionnelle » — les gens se comportent « comme si » ils étaient possédés par le Dybbuk. De fait, ils semblent bien agir comme s'ils étaient hypnotisés, obéissant sans réfléchir aux injonctions contradictoires des autorités et acceptant des limitations sans précédent des libertés individuelles.

L'auteur américain Michael Hoffman et son mentor James Shelby Downard ont été les premiers à parler du "raffinement alchimique de l'humanité par un psychodrame public". Selon les deux explorateurs de l'occulte, le véritable objectif des alchimistes médiévaux et des initiés des sociétés secrètes poursuivant leur tradition n'était pas la transformation des métaux, mais la transformation de l'humanité. 

La recherche de l'or n'était donc qu'une couverture pour un vaste programme social visant à l'abolition de la monarchie, à l'extinction de l'église et à la reconstruction du monde selon la volonté de l'homme plutôt que selon la volonté de la nature. L'exactitude d'une telle interprétation est confirmée par Manly P. Hall, un franc-maçon et occultiste extraordinaire, qui a écrit ce qui suit dans son livre, The Adepts in the Western Esoteric Tradition : 
"La tradition alchimique contient tous les éléments d'un programme mondial d'éclaircissement et de réforme. Il suffit d'une étude superficielle de la philosophie et de la littérature de l'alchimie pour saisir la signification de ce projet caché. S'il ne s'agissait que d'une simple science de la transmutation des métaux, il n'aurait pas été nécessaire que les maîtres de cet art se détournent du christianisme pour se réfugier dans l'islam". 

"Le laboratoire d'alchimie est devenu le sanctuaire des sciences humaines, prenant la place des sanctuaires détruits des anciens mystères." 
Mais comment transformer l'homme et l'humanité ? Les étapes du processus alchimique sont toujours les mêmes : on identifie un agent dissolvant qui pourrait détruire l'ordre naturel des choses, on dissout la matière existante dans la matière originelle, et une fois cette étape atteinte, on la réforme ou la réorganise en un ordre d'un nouveau type, comme le recherche l'alchimiste. Le rôle que le mercure a joué dans la transformation des métaux a été repris par les symboles et les emblèmes dans la transformation de l'humanité. Selon Hoffmann, les symboles parlent au subconscient à travers l'utilisation de ce qu'il appelle le langage crépusculaire et qu'il définit comme suit : 
"un système de communication subliminal autrefois universel utilisé en Égypte, à Babylone, dans le sous-continent indien et chez les Aztèques, composé de chiffres, de mots archétypes et de symboles, est parfois intégré à l'époque actuelle dans la publicité moderne ainsi que dans des films et des musiques spéciales".
Là encore, ces hypothèses sont soutenues par les initiés eux-mêmes : 
"Le but réel des orfèvres a été progressivement et prudemment révélé, bien qu'un certain secret soit encore nécessaire. Le mysticisme de l'alchimie - ses associations cabalistiques, son implication dans l'astrologie ésotérique et sa dette de gratitude envers l'étude des peuples anciens et des terres lointaines - pouvait désormais être révélé. La tradition secrète de l'alchimie, avec sa science divine de la régénération et de la rédemption de l'homme, était caractérisée par l'utilisation amplifiée et étendue de symboles et d'emblèmes". 
Une fois que nous comprenons que le but ultime des sociétés secrètes et de leurs initiés est de remplacer Dieu, et que la méthode employée pour atteindre ce but est l'alchimie solve et coagula - la déconstruction du monde créé par Dieu et sa reconstruction selon la volonté de l'homme - un certain nombre de tendances actuelles et d'événements historiques commencent à prendre une signification complètement nouvelle. Le député Hall a ouvertement annoncé que le véritable objectif du travail alchimique se situe au niveau social. Pourquoi en est-il ainsi ? Car selon la Genèse 1:26, l'humanité est la couronne de la création et a été créée à l'image de Dieu. Les symboles dont le but est de s'adresser directement à notre subconscient sont utilisés pour faire travailler notre esprit sans que nous en ayons conscience. C'est pourquoi Hoffmann déclare explicitement ce qui suit : 
"La transformation alchimique des êtres humains s'effectue à l'aide du temps et de l'espace : ce qui se passe rituellement dans un certain nombre d'endroits importants peut "tordre" la réalité (...) Comment la réalité est-elle tordue ? En plaçant des accessoires rituels dans les lieux de cérémonie. Ces lieux existent à la fois dans l'esprit et dans l'espace physique".



 
Top