News

Les Grands Quotidiens

La Vigie Marocaine, fondée en 1908, au milieu d’une population de quelques centaines de colons, dans une ville qui se réparait d’un bombardement, devait avoir des débuts modestes. Son premier capital fut de dix mille francs. Avec cela, elle se procura une vieille presse Marinoni, à bras, quelques casses de caractères et les accessoires les plus indispensables.

L’accroissement rapide de la population, donc de son tirage, l’élan qui emportait tous les artisans de l’œuvre marocaine, la conduit à augmenter peu à peu son matériel. Le journal a construit deux immeubles.

Le premier, où furent installées les machines en 1914, avait été édifié en bordure d’une place où devait se trouver l'Hôtel des Postes. Mais la guerre arrêta l’exécution des plans primitifs et, par la suite, l'Hôtel des Postes se trouva situé d’un autre côté. Le développement du quartier choisi devenait ainsi compromis et La Vigie Marocaine se voyait isolée et éloignée du centre de la ville pour de longues années encore.


Elle résolut donc de recommencer son effort immobilier. C’est à quoi elle aboutit à construire, près de la Bourse de Commerce, sur le Boulevard le plus fréquenté de la ville, un immeuble magnifique qui fait l’admiration de tous. La Vigie Marocaine n’oublie pas qu’elle doit à la Société Linotype d’avoir pu assurer son développement et acquérir un matériel qui la maintient toujours au premier rang.





 
Top