News

Une vague de chaleur va s'abattre sur la France dès mardi avec des épisodes de canicule, un phénomène qui n'avait pas été observé à cette période de l'année depuis plus de 60 ans, annonce Météo-France.

C'est un phénomène d'une ampleur pas encore connue avec précision qui se met en place à partir d'aujourd'hui jusqu'à mardi, pour arriver à un épisode déjà baptisé de caniculaire. Les spécialistes tablent sur des températures sous abri autour de 36-37 pour le Sud-Ouest. Ce qui veut dire que si vous marchez en plein soleil aux heures les plus chaudes de la journée, vous serez exposés à une température de 50 °C !

On comprend mieux ainsi les processus d'alerte du plan canicule pour mettre à l'abri les personnes les plus vulnérables.

Ce phénomène n'avait pas été observé à cette période de l'année depuis plus de 60 ans, prévient-on à Météo France. La vague de chaleur qui va s'abattre sur la France à partir de mardi devrait entraîner selon les spécialistes des épisodes de canicule dans de nombreuses régions.

Météo France prévoit des températures minimales et maximales très élevées, et parfois même proches des records en Aquitaine, Midi-Pyrénées et dans le Limousin,qui «devraient persister jusqu'en fin de semaine» prochaine.

Michel Daloz, ingénieur à Météo France souligne qu'«il faut, pour avoir un épisode aussi précoce, remonter à 1952. Cette année-là, du 29 juin au 7 juillet, la France avait connu une canicule avec des températures avoisinant les 40 degrés dans le Sud-Ouest et les 37-38 degrés dans le Nord.

Les canicules de 2003, 2006 et 2009
La définition de la canicule pour les spécialistes conjugue des niveaux de très fortes chaleurs le jour et la nuit pendant au moins trois jours consécutifs.

Pendant l'été 2003, la France a connu une canicule d'une ampleur exceptionnelle qui avait entraîné une surmortalité estimée à près de 15 000 décès. Le pays n'avait jamais été confronté à de telles conséquences sanitaires engendrées par une chaleur extrême. Cette situation avait donné naissance au Plan Canicule.

En 2006, une nouvelle vague de chaleur importante déferle sur le pays. Une étude menée conjointement par l'Institut de veille sanitaire (InVS) et l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) a permis de démontrer que l'excès de mortalité observé en juillet 2006 a été trois fois moins important, conséquence du dispositif mis en place. Enfin au mois d'août 2009, la France avait été également soumise à un phénomène de canicule.

Et avant ?
Et avant, comment faisions, nous quand les bureaux n'étaient pas climatisés, et les voitures non plus. Avant les habitations anciennes évitaient les baies vitrées dans les zones ensoleillées. Avant, les grands trajets en voiture s'effectuaient souvent de nuit. Mais surtout explique le météorologue Joël Collado, avant les villes n'étaient pas aussi denses, ce qui permettaient un refroidissement naturel que l'urbanisation des grandes agglomérations rend aujourd'hui impossible.

Qui dit vague de chaleur dit pollution et vigilance sanitaire. Le ministère de la Santé rappelle sur son site internet que la chaleur «peut entraîner des accidents graves et mêmes mortels, comme la déshydratation ou le coup de chaleur». La Direction générale de la santé rappelle quant à elle «les conseils simples à adopter» : boire régulièrement de l'eau sans attendre d'avoir soif, manger en quantité suffisante, éviter les efforts physiques.

Le chiffre : 37 ° Degrés 
C'est la température attendue dès mardi. Mardi, dans le Sud-Ouest, le Massif central et le Lyonnais, le mercure oscillera entre 34 et 38 degrés. Paris devrait afficher au moins 35 degrés» en milieu de semaine. Au plus fort de la plage de chaleur les régions du Sud vont osciller entre 33 et 39 degrés. Des «pointes» à 40 degrés dans le Sud-Ouest ou 38 dans le Nord sont attendues.

Source




 
Top