News

Médias de Masse et audiovisuel, est une enquête documentaire (0h47) sur la réalité du monopole, de la manipulation, désinformation et corruption, de la télévision qui est la plus grande arme de manipulation massive, mais également des médias comme la radio, la presse papier, et leurs sites internet.

Dans notre société actuelle, nous sommes inondés et submergés par un flot d’informations provenant d’une vaste panoplie de sources médiatiques, lesquelles servent toutefois généralement de puissants intérêts, ainsi que les individus qui les possèdent. Dans notre pays, la plus grande partie des médias est donc détenue par cinq empires financiers : Bouygues, Dassault, Lagardère, Bertelsmann, et Vivendi-Universal.

Les principales sources d’information, télévision, radio, presse papier, et leurs sites internet, destinées à la consommation publique ou officielle, comprennent les médias dominants, les médias alternatifs, les Universités, et les sociétés de réflexion nommées les think-tanks.


Dans les médias dominants, la manipulation et la partialité qui leur sont inhérentes sont davantage évidentes. Ces médias appartiennent à de grandes multinationales et sont liés à une pléthore d’autres grandes entreprises mondiales et aux intérêts des élites par le biais de leurs conseils d’administration. Herbert Marcuse affirmait dans " L’homme unidimensionnel" en 1964, que les massmédias sont l’instrument d’une manipulation qui viserait à rendre les sociétés irrationnelles, totalement intégrées et passives comme elles ne l’ont jamais été.

Les techniques de communication standardisées sont, selon lui, un boulevard pour la démagogie et la médiocrité, privilégiant ce qui divise au dépens de ce qui unis...

Le 25 septembre 1880 à New York, déjà, lors d’un banquet, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse : "Il n’existe pas à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des puissances de l’argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi !" C'est toujours vrai aujourdh'hui, en France, comme ailleurs...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top