News

Des algériens arrivés à Rome, le 22 mars dernier, dans un vol de 12H15 d'Alitalia ont subi un traitement particulièrement humiliant alors qu'ils avaient des documents en règle et des visas Schengen en bonne et due forme, rapporte le journal El Khabar qui cite le témoignage de deux algériennes.

Les algériens concernés - dont le nombre n'est pas cité - ont été parqués durant toute une nuit dans un espace non chauffé, leurs passeports leurs ont été retirés. Le lendemain, ils ont été renvoyés vers Alger avec la mention "revocato" (révoqué) sur le visa apposée dans leur passeport.

Pourtant à Alger, les choses se sont passées normalement, la vérification des documents a été faite. Les jeunes femmes ainsi que les autres passagers qui transitaient par Rome ont eu droit aux cartes d'accès pour l'aéroport de Rome et le transit vers Paris.

A la lecture de l'article d'El Khabar, un spécialiste des transports aériens juge particulièrement scandaleux le comportement de la police italienne. "Si la compagnie Alitalia avait trouvé quelque-chose d'illégal elle aurait refusé de prendre ces dames" note-t-il, en relevant que les passagers passent par le contrôle documents à l'aéroport d'Alger pour éviter les pénalités et la prise en charge du passager pour le retour.

Au niveau de la zone de transit, les passagers algériens ont été soumis à des questions sur les raisons qui les ont amenées à transiter par Rome. Après les explications, leurs passeports leur ont été retirés ainsi que les cartes de transit.

Traités comme des animaux
"Je n'oublierais jamais l'humiliation et le mépris que nous avons subi, moi et ma sœur" raconte une passagère au journal El Khabar. Les deux jeunes filles, pour des raisons d'urgence, avaient choisi de transiter par Rome pour aller à Paris où leur père devait subir une intervention chirurgicale, disent avoir été "traités comme des animaux".

On leur a dit au début qu'ils devront rester en Italie pendant trois jours avant de rejoindre leur destination. Les passagers algériens ont demandé alors la restitution des passeports pour qu'ils puissent aller dans des hôtels mais on leur a répondu que finalement ils seront renvoyés le lendemain vers l'Algérie.

Contrairement aux autres nationalités qui ont pu quitter la zone pour aller vers des hôtels, les passagers algériens en transit ont dû passer la nuit, sans pouvoir bouger, dans un espace non chauffé.

Les parents en Algérie alerté par téléphone ont saisi l'ambassade d'Algérie à Rome. Le consul algérien à Rome est passé, le lendemain matin, il a demandé des explications sur la situation des passagers bloqués et a promis de régler le problème "même s'ils sont renvoyés vers l'Algérie".

"Nous ne comprenons pas pourquoi les Algériens ont été traités de cette manière alors qu'ils avaient un visa Schengen alors que les autres nationalités ont reçu un traitement respectueux" note la passagère dans sa déclaration à El Khabar.

La police des frontières italienne ne s'est pas contentée de renvoyer les passagers vers Alger dans un avion d'Alitalia. Ils ont été mis à l'arrière de l'avion sans qu'on leur donne un quelconque document.

A leur arrivée à Alger, on leur a remis leurs passeports et ont eu la mauvaise surprise de découvrir le visa barré avec mention "revocato" ce qui va leur créer de grands problèmes pour voyager à l’avenir. Les algériens refoulés n'ont aucune nouvelle de leurs bagages, précise El Khabar.

huffpostmaghreb.com/

















0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top