News

En une trentaine de pages d'analyse d'un pseudo texte d'Alain Badiou, deux philosophes ont piégé une revue de philosophie. Ce pastiche entendait faire la preuve de « l’inanité de certaines élucubrations queer/féministes faites sous pavillon postmoderne ». C'est gagné et c'est drôle.

Les philosophes Anouk Barberousse et Philippe Huneman sont à l’origine de cette farce. Reprenant un mode opératoire testé et approuvé sur d’autres cibles, ils démontent la « machine philosophique » Badiou. L’objectif est non seulement d’interroger la petite mécanique par laquelle cette philosophie illisible parvient à enrôler des lectorats divers et variés, mais aussi de réfléchir sur l’étrangeté d’un discours qui érige le non-sens en telos absolu.


« Ontologie, neutralité et aspiration au (non-) être-queer. » Tel était le titre d’un article publié au début de l’année 2016 par la revue de philosophie en ligne Badiou Studies, signé par une certaine Benedetta Tripodi. Nous ignorons si cette dernière est queer, ou si elle le (non-)est, mais nous pouvons affirmer qu’elle non-est tout court, bref qu’elle n’existe pas. La trentaine de pages de son article (lire le ) n’est qu’un canular visant à tourner en ridicule l’obscurité de la philosophie d’Alain Badiou et de ses épigones. (Mediaprt).







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top