News

Lors d'une rencontre à l'ambassade du Maroc à Paris dans le cadre des "Mercredis de l'Ambassade", en présence de l'ancienne Premier ministre française Edith Cresson, et de plusieurs personnalités du monde des arts et de la culture, l'écrivain a présenté "Suite Marocaine". L'ouvrage obéit à trois unités: unité du lieu (Le Maroc), unité du temps (la fin des années 1950) et unité d'action (le polar).

Il présente un équilibre des formes narratives: de l'autofiction à la dure fiction du futur, du plan court au travelling, du gros plan au panoramique. "Equilibre d'un itinéraire filant de la Méditerranée vers les mers de sable là où le soleil cogne plus droit".

L'œuvre Suite M.jpgqui commence à Berkane, "à deux clics de souris de la frontière algérienne", se termine par neuf histoires plus tard dans une dune de l'outre-sud.

Après les récits autobiographiques d'enfance et d'adolescence, (Une femme d'une étourdissante beauté, Le jinome de Casablanca, Cargos...), place aux sombres fictions où l'Histoire et la politique poissent les destins adultes (Le chèque et Une fille, une bouteille, nouvelles sur lesquels règnent l'arnaque, la duperie, la trahison, la corruption et le marché... forcément noir, autant d'ingrédients annonciateurs d'apocalypse qui construisent les enquêtes policières : 55 de fièvre, qui se déroule en 1955, et Piano Barjo en 56, année de l'indépendance, qui devait s'intituler 56 à l'ombre).

En troisième acte, scènes de ménage sanctionnées, divorce prononcé, deux récits d'une noirceur sans lune qui conjuguent un passé recomposé et un présent décomposé.

La rencontre était jalonnée par une lecture d'extraits du livre par les comédiens Valérie Mairesse, Christian Rauth, Nicole Calfan, et Chantal Pelletier.

Entre les extraits, M. Topin a fait un exposé de son itinéraire de dessinateur, de scénariste, d'écrivain. Pour sa part, le producteur Pierre Grimblat a évoqué sa collaboration avec Tito Topin notamment sur la série Navarro créée par ce dernier en 1989. (Agence Marocaine de Presse). 

J'ai beaucoup écrit sur ma ville, Casablanca, et particulièrement sur la période trouble des années d'indépendance, propice à des excès de comportement comme à des bouleversements rapides, des livres qui sont aujourd'hui épuisés.D'un commun accord, les droits d'édition m'ont été restitués et j'ai rassemblé ces textes dans cet ouvrage : Suite Marocaine.


Leur choix a été dicté par une règle, celle des trois unités. Unité de temps, la fin des années cinquante. Unité de lieu, le Maroc. Unité d'action, le polar.

Trois romans (55 de fièvre, Piano Barjo, Angelina B.).
Trois nouvelles (Le chèque, Polaroïd, Une fille, une bouteille).

Trois récits autobiographiques (Le jinome de Casablanca, Une femme d'une étourdissante beauté et Cargos, rafiots, tramps et autres patouillards des mers), réunis en un seul volume.





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top