News

À New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse :

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico.

Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

« Quant aux intellectuels qui trouvent qu'il est déshonorant de vendre son cul pour gagner son pain, je leur dis que c'est peut-être vrai, mais qu'il est certainement bien plus déshonorant de vendre son cerveau que de vendre son cul ; pourtant, le métier d'intellectuel consiste à vendre son cerveau, et le plus souvent au pouvoir ; par conséquent, les vraies putes, c'est eux ! »

Bien entendu, nous savons toutes et tous que si bien souvent les putes ne sont pas des putes, malheureusement, il n'en va pas de même pour les journalistes les plus connu-e-s. L'utilisation du terme « journapute » est donc parfaitement justifiée pour parler de toute une catégorie de prétendus journalistes.

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top