News

Lorsque les experts sont à appelés à la barre, il y a tout lieu de se méfier : il s'agit en général d'avaliser la théorie des personnes qui font appel à eux. L'expertise devient donc désinformation scientifique et médiatique.

Cette caution scientifique est particulièrement efficace : on est toujours moins enclin à remettre en question des affirmations plus ou moins cryptées débitées avec assurance par des hommes vêtus de blouse blanche, le visage sérieux et chaussé de lunettes, sur un ton monocorde et sans affect, qui n'autorise pas la discussion.

Une série de biais cognitifs tout à notre désavantage :

Le biais de confirmation
Le biais de confirmation est la tendance, très commune, à ne rechercher et ne prendre en considération que les informations qui confirment les croyances et à ignorer ou discréditer celles qui les contredisent.

Le biais de croyance
Le biais de croyance se produit quand le jugement sur la logique d'un argument est biaisé par la croyance en la vérité ou la fausseté de la conclusion. Ainsi, des erreurs de logique seront ignorées si la conclusion correspond aux croyances.

L'illusion de corrélation
L'illusion de corrélation consiste à percevoir une relation entre deux événements non reliés ou encore à exagérer une relation qui est faible en réalité. Par exemple, l'association d'une caractéristique particulière chez une personne au fait qu'elle appartienne à un groupe particulier alors que la caractéristique n'a rien à voir avec le fait qu'elle appartienne à ce groupe.

Le biais de cadrage
Le biais de cadrage est la tendance à être influencé par la manière dont un problème est présenté. Par ex. la décision d'aller de l'avant ou pas avec une chirurgie peut être affectée par le fait que cette chirurgie soit décrite en termes de taux de succès ou en termes de taux d'échec, même si les deux chiffres fournissent la même information.

On pourra aussi évoquer notre soumission naturelle aux figures de l'autorité, et la tendance assez commune d'un mode de pensée dichotomique du « tout noir ou tout blanc » évoqué dans l'article, qui peut être révélateur d'une pathologie mentale plus profonde...

Au milieu des années 1980, des journalistes du magazine anglais The Economist demandent à quatre ministres des Finances, quatre dirigeants de grandes entreprises, quatre étudiants d'Oxford et quatre éboueurs londoniens de prédire l'évolution de plusieurs indicateurs économiques. Dix ans après, ils constatent que la plupart des prévisions sont fausses. Ils remarquent aussi que les éboueurs ont fait les meilleures prédictions (à égalité avec les dirigeants de grandes entreprises). Les ministres des Finances sont arrivés bons derniers...

Comment: On n'a jamais douté une seule seconde de l'utilité avérée des éboueurs dans notre société. Quand à l'utilité des experts et des spécialistes, c'est une toute autre histoire.

Au même moment, Philip Tetlock, professeur à l'université de Pennsylvanie initie une étude beaucoup plus rigoureuse. Il demande à 284 experts de faire des prédictions économiques et géopolitiques (comment le PIB des États-Unis évoluera-t-il ? Le Québec fera-t-il sécession du Canada ? Le régime de l'apartheid sera-t-il aboli en Afrique du Sud ? L'Union Soviétique implosera-t-elle ?). Au total, il collecte 82 361 prédictions. Vingt ans après, il publie les résultats de son étude dans un ouvrage qui deviendra une référence (Expert Political Judgment : How Good Is It ? How Can We Know ?, Princeton University Press, 2005).

Comme les journalistes de The Economist, il constate que la plupart des prédictions réalisées par les experts sont fausses. Pire, elles ne sont pas meilleures lorsqu'elles portent sur leur domaine d'expertise plutôt que sur un sujet qu'ils connaissent moins. Tetlock remarque aussi que le niveau d'études et l'expérience des experts n'ont aucun impact sur la qualité de leurs prédictions. Une seule variable influence la qualité des prédictions réalisées par les experts : leur exposition médiatique. Plus un expert est médiatique, moins ses analyses sont fiables (lire aussi l'article « Comment les experts gagnent-ils de l'influence » ) !

Renard et hérisson
À première vue, ce résultat peut sembler surprenant. La compétence ne devrait-elle pas être un prérequis pour être invité à s'exprimer dans les médias ? Pour expliquer le paradoxe selon lequel les experts les plus médiatiques sont les moins compétents, Tetlock reprend la distinction classique entre les hérissons et les renards. Dans un article intitulé « Le Hérisson et le Renard », le philosophe anglais Isaiah Berlin explique qu'il y a deux catégories de personnes : celles qui ne voient le monde qu'à travers une règle simple (les hérissons), et celles qui pensent que le monde ne peut être réduit à une idée simple (les renards). Les hérissons ont donc une idée à laquelle ils croient dur comme fer. Comme ils n'utilisent qu'une seule grille de lecture, leurs analyses sont très tranchées... mais pas forcément fiables. Les renards, eux, sont moins dogmatiques. Ils utilisent plusieurs grilles de lecture et leur pensée est en perpétuelle évolution. Cela leur permet de réaliser des analyses plus fiables que celles des hérissons... mais parfois trop subtiles pour marquer les esprits.

Par Jérôme Barthélemy
Vu ici








0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top