News

L’aventure éditoriale de la revue Maghreb est aujourd’hui encore largement méconnue au Maroc. Elle constitue pourtant une étape clé dans la Structuration du mouvement nationaliste marocain, à la suite des protestations à l’égard du Dahir dit « berbère » du 16 mai 1930.

Édité à Paris de juillet 1932 à janvier 1936, ce mensuel fut la première publication anticoloniale à attaquer de front, et avec succès, la politique du Résident général Lucien Saint. Fruit d’une entente entre la faction la plus anticoloniale de la SFIO autour de l’arrière-petit-fils de Karl Marx, l’avocat Robert-Jean Longuet, et le mouvement des « Jeunes Marocains », Maghreb apparaît comme le « laboratoire » dont est directement issu le Plan de réformes porté par le Comité d’Action marocaine en décembre 1934.

Plus globalement, ce mensuel représente une expérience originale d’alliance entre la gauche anticoloniale française et espagnole, avec le « gotha » du nationalisme maghrébin. De Mohamed Hassan Ouazzani à Ferhat Abbas, en passant par Ahmed Balafrej, Omar Ben Abdeljalil, Abdelkader Benjelloun, Salah Ben Youssef ou Tahar Lakhdar, tous ont trouvé leur place dans les colonnes de cette revue.

Interdite à deux reprises par les autorités coloniales en septembre 1932, puis en mai 1934, Maghreb marque aussi le passage de témoin au Maroc d’une résistance tribale et rurale définitivement vaincue en 1934, à un mouvement nationaliste urbain et élitiste, centré sur Fès et Rabat. À cet égard, l’Istiqlal et le parti Démocrate de l’Indépendance sont les héritiers directs des combats menés par la revue Maghreb

La revue Maghreb (1932-1936)
Une publication franco-marocaine engagée
De Guillaume Denglos / Chez l'Harmattan
Histoire et Perspectives Méditerranéennes

Guillaume Denglos est docteur en histoire contemporaine de l ’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et spécialiste du Maghreb colonial.






0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top