News

Ses clubs-entrepôts en ont fait le numéro 2 du secteur... et un épouvantail pour la concurrence. Fort du succès de son premier magasin ouvert en France, le géant américain veut accélérer son expansion. Plongée au cœur du système Costco.

Les clients des supermarchés Carrefour vont-ils bientôt troquer leur carte de fidélité pour une carte de membre Costco ? Une idée qui ne déplairait pas à Gary Swindells, le patron de Costco France. 

Satisfaite des résultats de son premier club-entrepôt ouvert en juin dans l’Essonne, la filiale du géant américain compte accélérer le nombre d’ouverture de ses magasins dans l’Hexagone. Interrogé par le Figaro sur l'intérêt de reprendre certains hypers Carrefour, Gary Swindells est prêt “à regarder l’opportunité, si on lui proposait”. Carrefour, de son côté, assure ne pas avoir été approché par Costco. Pour mieux comprendre le système Costco, découvrez les coulisses de cet ovni de la grande distribution.

LE CONCEPT COSTCO
Ted est un ours en peluche de 2,36 mètres de haut. Depuis le début de l'été, il accueille les curieux venus découvrir un nouveau magasin au nom difficile à prononcer, Costco, coincé entre la départementale 118 et l'A10, au sud de Paris. Ici, à la différence des hypermarchés ou supermarchés classiques, on paie pour entrer. Le deal est le suivant : moyennant 36 euros de cotisation annuelle, vous bénéficiez de prix imbattables (Costco est l'abréviation de cost control). Mais, pour tenir sa promesse, l'enseigne ne vend que par grandes quantités : les laits démaquillants Nivea sont proposés par packs de six et les pots de confiture (de 1 kilo bien sûr) par deux.

©Sebastien JARRY/Costco. 

Le premier Costco a ouvert ses portes le 22 juin et a attiré les curieux en nombre. L'enseigne a d'ores et déjà entamé des démarches pour ouvrir un second point de vente en région parisienne.

Dans ce “club entrepôt”, situé à Villebon-sur-Yvette (Essonne), on trouve à peu près tout - des bijoux aux plats cuisinés en passant par les lunettes, les téléviseurs, les jeans et les légumes - et même un peu plus, avec les références dites “chasse au trésor”, 500 produits que personne ne s'attend à voir dans une grande surface : un scaphandre, une robe de mariée ou une voiture ! Autant dire qu'aux yeux des Français ce concept est un ovni.

En vendant toutes les marchandises, même les produits d'apéritif, au format XXL, l'enseigne vise les familles nombreuses, mais aussi les professionnels de la restauration, habitués de Métro ou de Promocash.

ROTATION ACCÉLÉRÉE
Téléviseurs, balances Terraillon, jeans Levi's, céréales, bretzels,... les produits livrés déboulent dans le magasin directement sur palettes, afin de réduire les frais de main-d'œuvre et le temps de manutention. Dans les rayons, les marques célèbres côtoient celle de la maison, Kirkland, qui devrait générer 15% du chiffre d'affaires. Et, principe clé chez Costco, peu ou pas de stocks ! “La rotation des produits est de vingt et un jours, ce qui est très peu pour la grande distribution”, nous a précisé Gary Swindells. 

Cost control : ce principe de saine gestion a donné son nom à l'enseigne. Depuis 1983, en effet, Costco vend ses produits par grandes quantités pour comprimer les coûts.

Avec aujourd’hui plus de 40.000 abonnés (70.000 avec les cartes offertes aux membres de la famille de l’adhérent), Costco accélère. L’enseigne américaine envisage l’ouverture de six magasins en région parisienne et un à deux entrepôts dans les grandes villes française d'ici à dix ans, rapporte le Figaro.





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top