News

L’organisation de l’ONU est une société occulte qui semblerait lutter, travailler pour les peuples mais qui en réalité oeuvre à leur destruction. Un bon exemple similaire est celui de certaines associations qui paraissaient philanthrope jusqu’à ce que des scandales et des vérités n’éclatent… 

Lors du congrès des francs-maçons du 28 au 30 Juin 1917 à Paris, ceux-ci décidèrent de principes directeurs qui furent aussitôt votés : ce fut l’heure de naissance de la Société des Nations qui vit le jour en 1919 à Genève. Les Nations unies naquirent de cette Société des Nations en 1945 à San Francisco. La fin de la guerre prépara la voie pour la création de l’ONU en 1945, dont le siège principal se trouvait sur un terrain donné par ROCKEFELLER à New York.

Parmi les membres fondateurs de l’ONU, 47 au moins faisaient partie du CFR. Le logo de l’ONU représente la Terre depuis l’étoile polaire, il y a donc un lien avec le cycle de la précession des Equinoxe et l’Axe de la Terre, notre Horloge avec l’aiguille de la Grande Ourse (Seth), et le Lapin Blanc (les glaces).

Cette institution créée par les Illuminati représente l’union des loges et des Temples du monde où doivent se réunir toutes les nations. Ainsi qu’il est écrit dans l’article 4 de Machiavel qui a été mentionné dans la préface, ses fondateurs furent les instigateurs des guerres menées durant ces deux derniers siècles. Quelle ironie du sort de voir, de nos jours,les hommes de toutes les nations demander aux Nations unies d’aplanir les problèmes, d’arbitrer les guerres et d’y mettre fin, ou de les organiser pour le chaos !

Pour les peuples, l’ONU est l’ami sur lequel ils peuvent compter pour qu’il « prenne les choses en main ». Lors de sa fondation, au moins 47 personnes Parmi les délégués amériains présents étaient membres du CFR dont David Rockefeller. Il saute aux yeux que l’emblème de l’ONU est un symbole franc-maçonnique. Je vais le décrire ici en le comparant au sceau d’Etat américain franc-maçonnique.

Le globe des Nations unies et la forme circulaire du sceau de l’Etat américain avec l’inscription « Annuit coeptis » (« notre entreprise – en fait, notre conjuration – est couronnée de succès ») et en dessous « Novus Ordo Seclorum » (« Nouvel Ordre mondial ») montrent le but poursuivi : celui d’une hégémonie mondiale.

Les 33 parcelles du globe des Nations unies et les 33 pierres de la pyramide représentent les 33 degrés du « Rite écossais » des francs-maçons.

L’emblème des Nations Unies a été approuvé le 7 décembre 1946. Le dessin symbolise « une carte du monde figurée en projection azimutale équidistante, le pôle nord servant de centre ; autour de la carte, une couronne de branches d’olivier stylisées et croisées ; le tout en or sur champ gris-bleu, les mers en blanc. La projection de la carte s’étend jusqu’au 60ème degré de latitude sud, et comprend cinq cercles concentriques » (rapport de la Sixième Commission, A/204 ). 

Les branches de l’olivier symbolisent la paix. La carte du monde démarque les régions d’intérêt des Nations Unies dans la poursuite de leur objectif premier, assurer la paix et la sécurité. L’utilisation de cet emblème est strictement réglementée, selon les termes de la résolution 92(I),1946 de l’Assemblée générale .

En 1946, les Etats-Unis disposent d’une majorité à l’ONU et contrôlent 25 % du FMI. De 1971 à 1973, George Bush est ambassadeur à l’ONU.

L'ONU n'est qu'un dispositif bancaire international à longue portée clairement mis en place pour le seul bénéfice financier et économique d'un petit groupe de révolutionnaires puissants d'un seul et même monde, affamés de profit et de pouvoir...La dépression fut la tonte calculée du public par les puissances monétaires mondiales,déclenchée par la pénurie d'approvisionnement soudaine et planifiée de l'argent à vue sur le marché monétaire de New York... Les dirigeants du gouvernement mondial et leurs banquiers toujours attentifs ont maintenant acquis le contrôle total de l'argentet des mécanismes de crédit des États-Unis grâce à la création de la Banque de réserves fédérale privée.

Pour la première fois, une enquête inédite brise l'omerta qui règne au coeur d'une organisation moins vertueuse qu'elle le proclame : l'ONU. Au terme d'un long travail d'investigation, la journaliste Pauline Liétar en dévoile les pratiques hallucinantes... et courantes : les soutiens politiques s'achètent, les gaspillages sont légion.

Des diplomates et des fonctionnaires ont d'ailleurs été poursuivis pour trafic d'influence et corruption.
L'argent des contribuables est dilapidé : près d'un demi-milliard d'euros dans un intranet défectueux, des emplois quasi fictifs dans certains départements et missions.

En dépit des beaux discours, même des ennemis de l'ONU, comme des trafiquants d'armes et des groupes terroristes, ont profité de l'argent de l'organisation. Notamment via d'obscures ONG locales.
Après le scandale Pétrole contre nourriture, les choses devaient pourtant changer...







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top