News

Bill Gates a au moins l’honnêteté d’annoncer d’emblée la couleur. Un seul jackpot ne lui suffit pas; il lui faut une rente régulière. Il faudra vous y faire, la « pandémie Covid-19 » est destinée à ne jamais disparaître pour justifier une vaccination annuelle comme pour la grippe saisonnière. Comme pour la grippe, nous aurons tous les ans une nouvelle souche qui aura soit-disant muté, ce qui veut dire que le vaccin sera dirigé contre un nouveau virus dont on ne sait absolument rien (puisqu’il vient de muter), mais ce n’est pas grave, ça rapporte beaucoup d’argent, ça rassure et personne ne se plaint. Que demander de plus ? La force de persuasion (financière) d’un Bill Gates pourrait même amener à rendre obligatoire la vaccination de toute la population mondiale avec des produits qui, en fin de compte, ne protègent contre rien, étant donné qu’il faut renouveler l’opération tous les ans contre un nouveau virus dont les caractéristiques sont encore inconnues au moment de la préparation du vaccin. RI 

Selon le cofondateur de Microsoft, pour obtenir l’immunité, au moins deux doses seraient nécessaires, même si dans le cas des personnes âgées, cela pourrait être plus.

Le milliardaire et philanthrope américain Bill Gates, dont la fondation caritative Bill & Melinda Gates Foundation a fait don de 300 millions de dollars pour lutter contre le coronavirus, estime que le développement de l’immunité contre le covid-19 pourrait nécessiter plus d’une dose du vaccin potentiel.


« Aucun des vaccins pour le moment ne semble fonctionner avec une seule dose. C’était l’espoir depuis le début », a déclaré le co-fondateur de Microsoft dans une interview mercredi pour le programme CBS ‘Evening News’.

«Nous espérons que seulement deux [doses], bien que chez les personnes âgées, parfois davantage soient nécessaires. S’assurer que nous avons beaucoup de personnes âgées aux tests nous donnera ces données», a-t-il ajouté.

Selon ses estimations, pour bloquer toute transmission du virus, une couverture entre 70 et 80% dans le monde sera nécessaire, ce qui nécessiterait l’administration de plus de 7 milliards de vaccins. « Ce sont des chiffres incroyablement élevés », a déclaré le magnat.

Lorsqu’on lui a demandé s’il était d’accord avec l’affirmation de Donald Trump selon laquelle les États-Unis d’Amérique ont le taux de mortalité le plus bas au monde, Gates a répondu que ce n’était objectivement pas correct. « Dans presque tous les appels, les États-Unis d’Amérique sont l’un des pires [pays] », a déclaré l’homme d’affaires.

La nation nord-américaine demeure l’épicentre de l’épidémie de pandémie mondiale. Ce mercredi, le pays a enregistré plus de 1000 décès quotidiens dus au coronavirus pour la première fois depuis mai. Les décès aux États-Unis d’Amérique dus au covid-19 dépassent maintenant 143 000, tandis que le nombre d’infections est proche de 4 millions, selon l’Université Johns Hopkins.


0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top