News

« Nous plongeons maintenant dans une mini ère glaciaire profonde », déclare l'astrophysicien britannique Piers Corbyn, « et il n'y a aucune issue.» Au cours des 20 prochaines années, il fera de plus en plus froid en moyenne, dit Corbyn, titulaire d'un B.Sc. en physique et un M.Sc. en astrophysique.

Le courant-jet sera plus brutal : il y aura des changements de température brutaux, plus de grêle, plus de tremblements de terre, plus d'événements volcaniques extrêmes, plus de neige en hiver, des étés courts, des printemps tardifs, des automnes courts et de plus en plus de mauvaises récoltes.

« Le soleil influence la température des mers et les mers influencent le climat », explique Corbyn.

« Ce que nous voyons, c'est le début d'une mini ère glaciaire… cela a commencé vers 2013. C'est un démarrage lent, dont le rythme s'accélère maintenant.

Le petit âge glaciaire déclenché par la glace de mer arctique

Le petit âge glaciaire (LIA) s'est déclenché par une importante migration de glace de mer, de l'océan Arctique vers l'Atlantique Nord, selon les conclusions d'un nouvel article publié dans la revue Science Advances.

Le document combine des carottes de sédiments marins, forés depuis le fond de l'océan Arctique, jusqu'à l'Atlantique Nord.

Ces relevés indiquent une augmentation brutale de la glace de mer arctique, avec des eaux froides exportées vers l'Atlantique Nord, à partir de 1300 environ, culminant au milieu du siècle, et se terminant brutalement à la fin des années 1300.

Fondamentalement, l'article conclut que les volcans ou toute autre cause ne sont pas nécessaires pour que de grandes fluctuations du climat se produisent - une hypothèse auparavant largement répandue.

« Ces résultats suggèrent fortement que ces choses peuvent se produire indépendamment des influences atmosphériques, due à la variabilité interne du système climatique», a déclaré le Dr Martin Miles, chercheur à l'Institut de recherche arctique et alpine à l'Université du Colorado.

Mais les carottes marines montrent également une impulsion soutenue et étendue de la glace de mer près des colonies nordiques, au Groenland, un événement qui a coïncidé avec leur disparition au 15ème siècle; on pense qu'un refroidissement y a fortement contribué.

Aujourd'hui, on craint qu'un événement similaire soit sur le point de se produire.

« Nous attendons qu'une énorme arrivée d'eau froide soit libérée par le gyre de Beaufort », explique David Mauriello de l'ORP , une libération qui doit arriver depuis longtemps, le gyre ayant tourné sur place beaucoup plus longtemps que d'habitude. « Et quand il fera cela », poursuit Mauriello, « il fermera potentiellement le Gulf Stream. " 

Le gyre de Beaufort 


Le gyre de Beaufort tourne sur place depuis bien plus longtemps qu'à l'habitude. Lorsqu'il se relâchera enfin, l'eau froide s'écoulera dans l'Atlantique, ce qui pourrait perturber, voir arrêter le Gulf Stream.


Le Gulf Stream est essentiel pour que l'Europe ait le climat doux qu'elle possède. La fermeture du Gulf Stream entraînera des conditions climatiques de type arctique, envahissant l'Europe occidentale presque du jour au lendemain, la Grande-Bretagne, l'Irlande et la Scandinavie étant à l'avant-garde de ce changement climatique.

Cependant, il faut souligner que ces processus et ces mécanismes restent mal compris - mais il en va de même pour la majorité des sujets concernant la science du climat.

Cette réalité rend encore plus absurde le consensus autour de l'impact qu'un gaz, tel que le CO2 peut avoir sur les températures mondiales.

Encore une fois, cette citation de Michael Crichton sonne juste: « Chaque fois que vous entendez un consensus de scientifiques qui s'accordent sur un chose ou une autre, serrez votre portefeuille, car vous vous faites avoir. "

Et pour ceux qui disent "ce que dit Crichton n'est pas scientifique'': 1) il a ramené les dinosaures à la vie et 2) bien, vous m'avez compris, alors je vais inclure le point de vue de l'astrophysicien Piers Corbyn sur le CO2 :

« Les niveaux de dioxyde de carbone n'ont aucun impact - je le répète, aucun impact - sur le climat », déclare Corbyn, "la théorie du CO2 est fausse depuis l'origine."

Le froid revient, les latitudes moyennes se refroidissent, en phase avec une activité solaire historiquement faible, des rayons cosmiques nucléant les nuages et un flux de courant-jet méridien. La NOAA et la NASA semblent d'accord, si vous lisez entre les lignes, avec la NOAA qui précise que nous entrons dans un "Grand minimum solaire" fin 2020, et la NASA qui voit ce prochain cycle solaire (25) comme "le plus faible des 200 dernières années", en corrélation avec les minimums solaires antérieures pendant des périodes prolongées de refroidissement global ici .














0 commentaires:

Publier un commentaire

 
Top