News

Engagée dans une bataille contre les lobbys pour faire interdire les sels nitrités dans l'alimentation, l'appli Yuka, soutenue par Foodwatch et la Ligue contre le cancer, est menacée par les avocats de la Fédération des charcutiers industriels.


C’est un nouvel épisode dans la guerre entre les industriels de l’agroalimentaire d’une part et Yuka, la Ligue contre le cancer et Foodwatch d’autre part. Dans un communiqué, l’ONG dénonce les tentatives d’intimidation de la Fédération française des industriels charcutiers traiteurs (FICT). Celle-ci (à qui appartiennent notamment Herta, Cochonou, Madrange ou encore Fleury-Michon) demande à Yuka de retirer la pétition commune avec La Ligue contre le cancer et Foodwatch qui demande, depuis novembre 2019, le retrait des nitrites ajoutés des viandes transformées.

Les sels nitrités responsables de 4400 cancers évitables chaque année
Ces nitrites (que l’on retrouve sur les étiquettes sous l’appellation E249, E250, E251, E252) sont en effet, depuis plusieurs années maintenant, reconnus pour leur rôle dans l’apparition et le développement du cancer de l’estomac et du colon. Plus de 4400 nouveaux cas de cancers liés à la consommation de viande transformée sont détectés chaque année. Ils pourraient être évités.

En octobre dernier, Foodwatch et la Ligue contre le cancer ont été entendus dans le cadre d’une mission parlementaire sur les sels nitrités dans l’industrie agroalimentaire. Des experts scientifiques ont également pris part au débat. Et pour eux, il est évident que les additifs nitrités sont de « véritables poisons » liés au développement de certains cancers, dont les charcutiers devraient se débarrasser.

Yuka mis en demeure de modifier sa notation des produits contenant des additifs jugés dangereux
La FICT, elle, nie les preuves scientifiques avancées sur le sujet, et, dans un courrier adressé par voie d’avocat le 7 octobre, elle met en demeure Yuka de supprimer, sous 15 jours, la pétition demandant le retrait des nitrites ajoutés dans les produits alimentaires. L’appli est également sommée de revoir sa politique de notation et de classement des additifs E249 à E252 : celle-ci, en effet, décourage sans aucun doute l'achat de certaines charcuteries industrielles, qui écopent d'une très mauvaise note en raison de la présence de sels nitrités, additif présenté par Yuka comme « à risque élevé » pour la santé. Les créateurs de l'appli devraient également, selon ce courrier, indemniser la FICT « sous une forme qui sera à déterminer, du préjudice grandissant qu’elle subit du fait de l’ensemble de ces allégations ».

Les industriels se défendent d'utiliser les nitrites pour apporter goût et couleur à leurs produits (DANGER)
Car pour la Fédération des industriels de la charcuterie c’est évident : Yuka nuit à leur image en se fondant sur des données scientifiques « parcellaires et partiales ». La FICT renvoie notamment à l’avis de l’ANSES qui affirmait, dans une récente étude, que le sels nitrités sont recommandés dans les charcuteries pour limiter le risque de développement de la bactérie C.botulinum, responsable du botulisme, maladie rare mais qui peut être mortelle dans 5 à 10% des cas.

Des produits "sans nitrites ajoutés" vendus plus cher par les marques
Mais, soutenue par Foodwatch et la Ligue contre le cancer, Yuka ne compte pas capituler. Loin de s’exécuter, l’appli et les deux organisations ont donc publié ce communiqué évoquant une tentative d’intimidation et de muselage. Y est également dénoncé le double jeu des géants de la charcuterie industrielle qui proposent des gammes « sans nitrites ajoutés »… vendues plus cher que les autres produits. Et qui sont aussi la preuve que les industriels ont conscience du problème et qu’ils ont des solutions alternatives à ces sels nitrités d’origine synthétique.

L'avis de l'ANSES sur les risques sanitaires liés aux sels nitrités attendus pour avril 2021
Auditionné il y a quelques jours par la mission d’information du Sénat sur les sels nitrités dans l’industrie agroalimentaire, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a expliqué qu’il n’était pas encore en mesure de se positionner sur le sujet, expliquant qu’il y a encore débat sur le risque de santé publique lié aux sels nitrités. Yuka, Foodwatch et La Ligue contre le cancer incitent les consommateurs à signer et à partager cette pétition qui réclame l’interdiction pure et simple des sels nitrités d’origine synthétique dans l’alimentation.













 
Top