News

Qui de nous prononcerait le nom d'ad-Damiyâti sans un réflexe de défense mêlé à une certaine inquiétude, voire angoisse ? Peut-être que la mémoire de la génération montante, des années soixante, a été épargnée par ce nom évocateur.

Mais les enfants des années cinquante en gardent forte mémoire. Sont-ils les derniers dépositaires de ce personnage qui est l'un des plus mystérieux et des plus profonds que renferme notre mythologie populaire ? Ils le seraient sans doute dans le cas où Ils arriveraient à localiser le personnage dans l'histoire et delà à démêler tout le mythe qui l'entoure et l'entretient.

C'est là un souhait d'appréhension qui semble être maintenant passe au stade de projet ébauché. L'amorce du travail vient d'un sociologue d’origine marocaine, établi en France, qui a pu identifier Abdel Moumen ad-Damiyâti et son écrit traduit Il y a quinze ans par un chercheur du CNRS qui ne soupçonnait guère la place qu'occupe ad-Damiyâti dans la mémoire orale marocaine. Le sociologue, Mustapha SAHA, situe le personnage, en nous proposant une hypothèse sur l'histoire maghrébine (encore fort obscure quant à certaines périodes) pour porter finalement sa réflexion sur la mythologie populaire et son rôle actif dans notre vie collective.

Auteur d'une série d'études en psycho-pathologie urbaine, Mustapha SAHA en arrive ici à soulever le rôle social de la mythologie populaire, en relation avec le phénomène de l'urbanisation. (Lamalif).


Je feuilletais, il y a quelques années, un catalogue d'édition quand ma curiosité fut accrochée par un titre qui réveilla un souvenir obscur de mon enfance, Le Dictionnaire des Autorités d'Ad al-Moumen ad-Damiyâtl traduit par Georges Valda (1) Il s'agit, en fait, de la transcription d'un répertoire de noms accompagnés de dates de naissance et de décès Une petite notice biographique nous apprend qu'ad-Damiyâti était un savant égyptien, né a Dlmyat en 613 (1217) /1 est mort en 705/1306.

Il voyagea à travers le monde islamique pendant une quarantaine d'années avant de se retirer en 656/1267 (à cause de l'invasion mongole?) au Caire où Il accordait des audiences qu'il consignait soigneusement dans un gros répertoire. Ses visiteurs (entre douze cent cinquante et treize cents) venaient de tous les horizons sociaux, culturels et géographiques. La vie somme toute paisible d'ad-Damiyâti s'inscrivait donc dans une longue tradition de transmission du savoir Iittéraire et théologique (dont font partie les maqamât).

Mais, comment le nom d'Ad-Damiyâtl s'est-iI introduit dans la mythologie marocaine (et probablement arabe) jusqu’à occuper un statut particulier dans le langage populaire ? Ne dit-on pas d'un lettré aux apparences un peu « lunatiques» « Il a lu ad-Damiyâtl, il en est devenu fou » ? Cette corrélation entre le savoir et la folie dans la perception populaire demande des éclaircissements. Au départ, Il existe une distinction entre le fou social (inadapté mental) et le savant fou.

Le fou social n'est pas rejeté dans la société maghrébine, il est intégré comme personnage extraordinaire révélateur (analyseur) des comportements ordinaires (normalisés). Son délire est compris comme la « voix de la vérité », qui habite son corps et se dit par sa bouche. Sa conscience ne lui appartient plus. Son corps est en dérive mais, sa voix est sacrée. Il est considéré comme « irresponsable » dans le sens où il n'encourt aucune sorte de punition, surtout pas l'internement, car la « voix de la vérité » ne souffre pas l'enfermement. Son destin est l'errance et sa malédiction l'Immortalité.

Par contre, le savant fou n'a pas été « violé » par la « voix de la vérité » mais est parti à sa conquête, en pleine connaissance de cause. Il a lance un défi et la « voix de la vérité » répond à ce défi en l'aveuglant par le peu de vérité qu'elle lui dévoile et qu'II s'avère incapable d'assumer. Ainsi son errance n'est qu'un égarement. Ebloui par une lumière qui le capte, l'emprisonne dans son rayonnement, le voila comme une mouche prise dans une toile d'araignée.

La superstition populaire au Maghreb a souvent assimilé la quête du savoir scientifique à une tentative de pénétration de la Vérite de Dieu. Nourri par l'immobilisme maraboutique, l'imaginaire populaire se représente le savant comme un fou, c'est à dire un naufrage dans l'immensité divine dont il a voulu percer le secret. La fabulation se substitue ainsi à l'explication scientifique, ou même logique, mais en même temps, cette fabulation collective assume des fonctions sociales précises que la science ne peut prendre en charge. Trop longue prédominance du spirituel qui a fini par se figer et figer la révolte sociale qui lui donne consistance.

Mais, pourquoi avoir identifié cet état particulier de la « folie » (la folie du savoir) au nom d'ad-Damiyâti ? A tel point que cette identification est devenue une maxime dans le langage courant, une explication absolue que le fantôme d'ad-Damlyâtl hante et protège. Au-delà d'un certain seuil du savoir, on entre dans le domaine interdit d'ad-Damiyâti. D'un autre côté, ce genre de maxime a une charge symbolique tempérée par une sorte d'indulgence affective. L'ombre du diable est absente alors que, quand Il s'agit d’un savant occidental, on n'hésite pas à dire que sa virtuosité, son pouvoir scientifique ne sont possibles que parce que le diable guide sa main, car ici, comme dans les autres sociétés, le diable arrive d'ailleurs, de l'extérieur.

Revenons à notre question. Comment expliquer la célébrité du nom d'ad-Damiyâti chez un peuple qui ignorait tout de la personnalité de cet obscur savant égyptien du XIIIe siecle (2) ? Comment ce nom a-t-il été véhiculé à travers des siècles en n'utilisant que la transmission orale (3) ? Ad-Damiyâti préfigure les deux facettes du mythe. Il est en même temps la tête et la queue du mystère sans qu'on puisse saisir la substantialité de son corps (son existence historique). Il est une référence secrète des marabouts, un code d’initiation en leur sein, une source de crainte diffuse pour le marocain illettré qui, en entendant prononcer son nom, crache symboliquement dans sa poitrine en signe d'exorcisme (ad-Damiyâti serait-il le fiancé maudit d’Aïcha Kandicha ?)

Dans mon enfance, on me racontait que seuls les oulama berbères de la vallée de Sous détenaient les clefs du mystère d'ad-Damiyâti, et qu'eux seuls avaient le pouvoir (magique) de manipuler ses secrets sans s'attirer la foudre. Donc, ces oulama constituent l'exception qui confirme ici la règle. Ils sont épargnés par la folie qui s'abat sur quiconque a fait commerce avec l’esprit d'ad-Damiyâti. Or, ces oulama du Sous son célèbres dans tout le Maroc pour être très compétents dans la recherche des trésors. Ils détiennent une sorte de monopole dans la prospection des richesses anciennes enfouies sous le sol qu’ils mettent parfois à jour au prix d’un rituel complexe. C'est sans doute là que peut s'éclairer le lien entre le Dictionnaire des Autorités d'ad-Damiyâti et la mythologie populaire qui l'a sacralisé.

J'émettrai une hypothèse 1) Ad-damiyâtl était un savant qui voyageait beaucoup, collectait traditions Iittéraires et témoignages, recevait en audience des personnalités diverses, des notables, mais aussi des personnes moins connues ou totalement ignorées par l'historiographie classique (c'est peut-être ceux-là qui soulèvent le plus d’intérêt). 2) Le Maghreb du XIIème et XIIIème siècles était constamment déchiré par des guerres tribales, se déroulant le plus souvent en marge des processus de conquête de l'Etat, et n'y intervenant qu'une fois qu'elles avaient acquis une certaine ampleur.

Ces guerres mineures ont donc échappé en grande partie à la mémoire historique bien que probablement consignées par écrit dans de petites zaouias dont l'influence théologique était localisée 3) Ad-Damiyâti recevait beaucoup d anonymes, riches marchands exilés ou pèlerins ayant enterré leurs biens avant leur départ et voulant que quelqu'un en gardât le secret. La renommée et la crédibilité d’ad-Damiyâti en faisaient un confident privilégié. Il serait ainsi l'une des sources précieuses d’information pour les prospecteurs de trésors qui, en établissant des recoupements évènementiels, pourraient déterminer la probabilité d’existence d'un trésor dans un lieu donné.

Le mythe d'ad-Damiyâtl (toujours persistant), le présentant comme un Faust de l'imagerie populaire marocaine, pourrait découler du fait que son nom était associé aux rites magiques accompagnant la découverte d'un trésor. La transmission orale de ce mythe serait ainsi une consécration historique pour l'oeuvre d'ad-Dâmiyâti dans la mesure où il a passé sa vie à collecter les éléments de cette culture populaire à sa source non-écrite. Contraste saisissant avec la pensée historiciste d'un Ibn Khaldoun, intéressé par la marche globale de la societé islamique, l'évènement particulier n'intervenant dans son analyse qu'en tant qu’indicateur ou de symptôme).

Ad-Damiyâtl aurait été, par contre, une sorte de notaire scrupuleux, évitant toute extrapolation, ayant le souci de l’exactitude et ne considérant aucun détail comme superflu. De ce point de vue, on peut considérer qu'une grande partie de l'histoire sociale du Maghreb reste à écrire, que des matériaux d'information existent depuis des siècles dans les petites zaouias , que ces matériaux ont jusqu’à présent échappe à la vigilance des historiens sait parce que ceux-ci les ont pris systematiquement pour des commentaires répétitifs du Coran et du Hadith, soit que ces matériaux sont transmis de ma nière secrète et initiatique.

La mythologie populaire fait partie intégrante du patrimoine culturel. ElIe n'est pas une couche atteinte par l'érosion, ni un ensemble de survivances en voie de disparition. Elle est au contraire un régulateur actif des rapports sociaux et devrait être analysée comme telle. En créant les conditions d'une concentration plus grande de la population et d'un brassage des cultures initiatiques de provenances diverses, l'urbanisation accélérée a donné une autre ampleur à cette face cachée de la culture maghrébine à laquelle les paysans prolétarisés ont recours pour contrecarrer leurs difficultés d'existence et d’adaptation à des modes culturels importes et/ou imposés par l'organisation technique et la division sociale du travail, et par extension de la vie quotidienne.

Mustapha Saha: Sociologue, poète, artiste peintre.
(1) Edition du CNRS Pons 1962. Le principal manuscrit de MUGAM AS SUYUH (Dictionnaire des Autorités) existe à la Bibliothèque de la Grande Mosquée deTunis.
(2) Beaucoup de voyageurs maghrébins furent reçus par ad-Damiyâti dont Mohammed ABDARI qu’il hébergea et soigna à la Madrasa Zahiriyya. AI Abdari lui rend un grand hommage dans son livre « Ar Rlhla al-Maghribiyya» conservé a la Bibliothèque Nationale de
Paris (Ar 2283 fol 71 74) (SIC !)
(3) Etant donné que seul le mythe d’ad-Damiyâti nous intéresse ici et non l’exégèse de son œuvre.







0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top