News

La quintessence du pouvoir, sous toutes ses formes, était jusqu'à présent le monopole de l'information. Avec l'avènement de la Révolution numérique, il perd le moteur de son horlogerie oppressive. 

Depuis l'édification de la société pyramidale par les Sumériens il y a cinq mille ans, la captation de toutes les énergies sociétales par le sommet, s'est traduite par la reproduction perpétuelle des inégalités parmi les humains. Seules les sociétés tribales, transversales, ont résisté tant bien que mal, à travers les siècles, au laminage bureaucratisé de la liberté d'être soi-même, de l'égalité d'être ensemble. 

La libre circulation de l'information, déferlante inépuisable, est forcément à double tranchant, créatrice ou destructrice selon le projet qui la draine et l'oriente. 

Le pouvoir obsolète survit tant qu'il peut en usant et en abusant des armes étatiques et économiques d'asservissement, en systématisant la société de contrôle et de surveillance, en sophistiquant les contre-armes de la désinformation. 

Ce faisant, il creuse le lit de l'obscurantisme, du démonisme, du terrorisme aveugle, et tisse à son insu son propre linceul. La Révolution numérique accouche dans le chaos.

(c) Mustapha Saha
Sociologue, poète, artiste peintre
Sortie prochaine de l’ouvrage de Mustapha Saha « Haim Zafrani, Penseur de la diversité marocaine » 





0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top