News

Abdellatif Laâbi s’est démarqué depuis les années 1960 par une écriture humaniste et engagée. Son œuvre, dominée par une soif de liberté et de justice, touche tous les genres littéraires : poésie, roman, théâtre, essai, livres pour enfants… 

Ses écrits lui valent notamment de recevoir le Prix Goncourt de poésie en 2009, ainsi que le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie Française en 2011. Dans son dernier ouvrage, Un autre Maroc (La Différence, 2013), il appelle ses concitoyens à continuer le combat pour faire valoir leurs droits.

Lorsque le Maroc devient indépendant en 1956, Abellatif Laâbi a quatorze ans. Marqué dans sa jeunesse par l’œuvre de Dostoïevski, il écrit à ce propos : "je découvrais, avec lui, que ma vie est un appel intérieur et un regard de compassion jeté sur le monde des hommes". Il devient plus tard professeur à l’université de Rabat, inscrit d’office dans la section de Langues Françaises.

En 1966, il fonde avec d’autres poètes marocains la revue Souffles, qu’il décrit dans le prologue du premier numéro comme "une tribune ouverte à toutes les recherches novatrices". Rapidement, Souffles va cristalliser autour d’elle l’activité littéraire et le combat de toute une époque. Durant 7 ans, ses auteurs vont condamner la politique répressive d’Hassan II et prôner une révolution culturelle. Leur engagement fort durant les années de plomb du Maroc va participer de façon considérable au renouveau culturel du pays.

Ses publications valent toutefois à Abdellatif Laâbi, comme à d’autres activistes, d’être emprisonné de 1972 à 1980. Cinq ans plus tard, il quitte le Maroc et s’installe en France avec son épouse Jocelyne Laâbi. Cet éloignement le rend étrangement plus proche de son pays natal, dont il perçoit de l’extérieur la place dans le monde. Il traduit notamment des ouvrages marocains en français.


Auteur francophone, il n’a pas fait, comme il le dit, le choix de la langue ; celle-ci lui fut imposée à l’école colonialiste. Il s’est par la suite approprié le français, déclarant notamment : "Qu’est-ce qu’un écrivain ? Où qu’il soit, quelle que soit son histoire, c’est quelqu’un qui s’empare d’une langue, et qui sculpte au sein de celle-ci sa propre langue, celle qui va traduire sa voix profonde et rendre compte des mouvements de son âme."

Sa production littéraire, très importante, est dominée par la poésie ; celle-ci, intimement liée à son histoire personnelle, semble habitée par un même besoin de résistance et de rébellion. Deux recueils, Œuvre poétique I (2006) et II (2010), publiés aux éditions de la Différence, condensent la plupart de ses écrits poétiques parus depuis 1965.

Loin de se limiter à ce seul mode d’expression, Laâbi s’est illustré dans divers genres littéraires (roman, essai, théâtre, livre de jeunesse). Il a également signé un récit autobiographique remarqué, Le Fond de la jarre (Gallimard, 2002), dans lequel il raconte - sous les traits d’un enfant nommé Namouss - son enfance à Fès.

Dans son dernier essai, il évoque Un autre Maroc (La Différence, 2013), celui de ceux qui se sont soulevés dans les récentes manifestations qui ont bousculé le pays. L’écrivain veut "rompre le silence", éveiller les consciences et faire valoir les libertés individuelles, dans une société qu’il présente étouffée par un pouvoir archaïque. Entre les "rendez-vous manqués" d’un demi-siècle d’histoire marocaine et les espoirs rallumés par une jeunesse révoltée, il appelle le Maroc à affirmer son identité et revendiquer ses droits.
Bibliographie :

Poésie
  • Zone de turbulences (La Différence, 2012)
  • Œuvre poétique II (La Différence, 2010)
  • Tribulations d’un rêveur attitré (La Différence, 2008)
  • Mon cher double (La Différence, 2007)
  • Œuvre poétique I (La Différence, 2006)
  • Écris la vie (La Différence, 2005)
  • Les fruits du corps (La Différence, 2003)
  • L’automne promet (La Différence, 2003)
  • Poèmes périssables (La Différence, 2000)
  • Fragments d’une genèse oubliée (Paroles d’aube, 1998)
  • Le Spleen de Casablanca (La Différence, 1996)
  • L’Étreinte du monde (La Différence, 1993)
  • Le soleil se meurt (La Différence, 1991)
  • Tous les déchirements (Messidor, 1990)
  • L’Écorché vif (L’Harmattan, 1986)
  • Discours sur la colline arabe (L’Harmattan, 1985)
  • Sous le bâillon le poème (L’Harmattan, 1981)
  • Histoire des sept crucifiés de l’espoir (La Table Rase, 1980)
  • Le Règne de barbarie (Seuil, 1980)
Romans
  • Le Livre imprévu (La Différence, 2010)
  • Les Rides du lion (Messidor, 1989)
  • Le Chemin des ordalies (Denoël, 1982)
  • L’Œil et la Nuit (Atlantes, 1969)
Essais
  • Un autre Maroc (La Différence, 2013)
  • Combat pour la culture (Marsam, 2011)
  • Maroc, quel projet démocratique ? (La Croisée des Chemins, 2011)
Autobiographie
  • Le Fond de la jarre, Gallimard, 2002 ; réédition chez Folio, 2010
Théâtre
  • Rimbaud et Shéhérazade (La Différence, 2000)
  • Le Juge de l’ombre (La Différence, 1994)
  • Exercices de tolérance (La Différence, 1993)
  • Le Baptême chacaliste (L’Harmattan, 1987)
Livres de jeunesse
  • L’Orange Bleue (Seuil Jeunesse, 1995)
  • Saïda et les voleurs de soleil, ouvrage bilingue français-arabe (Messidor/La Farandole, 1986)

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top