News

Les enjeux ne pourraient être plus élevés. Non seulement l'avenir des BRICS, mais l'avenir d'un nouveau monde multipolaire est dans la balance. Et tout dépend de ce qui se passera au Brésil au cours des prochains mois.

Commençons par l'agitation interne kafkaïenne. Le coup d'État contre la présidente Dilma Rousseff reste un cadeau multimédia inégalé, dans le théâtre tragi-comique de l'opéra-bouffe politique qui continue. Il sert également comme cas d'école de la guerre de l'information convertie en outil stratégique de contrôle politique.

Une succession de fuites épouvantables de conversations téléphoniques a révélé que les secteurs clés de l'armée brésilienne, ainsi que certains juges de la Cour suprême, ont légitimé le coup d'État contre une présidente qui a toujours protégé, pendant deux ans, l'enquête de corruption Car Wash. Même les médias occidentaux ont été forcés d'admettre que Dilma n'a pas volé quoi que ce soit, mais qu'elle est, au contraire, mise en accusation par une bande de voleurs. Leur ordre du jour : étouffer l'enquête Car Wash, qui peut finalement jeter beaucoup d'entre eux en prison.

Les fuites ont également dévoilé un carnage fratricide méchamment vicieux entre les élites compradores brésiliennes - périphériques et grand public. Pour l'essentiel, les périphériques ont été utilisés comme humbles camelots au Congrès pour faire le sale boulot. Mais maintenant, ils pourraient être sur le point de devenir des cocus dans le gouvernement intérimaire illégitime de l'impopulaire Michel Temer, dirigé par un groupe de politiciens corrompus jusqu'à la moelle du PMDB, le parti qui est l'héritier du seul groupe d'opposition toléré pendant les années 1960-1980 de la dictature militaire.

Néolibéralisme ou chaos
C'était l'époque où Washington pouvait fomenter, en toute impunité, un coup d'État militaire ancienne manière dans son arrière-cour - comme au Brésil en 1964. Ou au Chili lors du premier 9/11 - en 1973, comme on le voit à travers les révélations du cinéaste chilien Patricio Guzman dans un documentaire émouvant sur Salvador Allende.

L'Histoire, de façon prévisible, se répète maintenant comme une farce, alors que le coup d'État de 2016 a transformé le Brésil - la 7e plus grande économie du monde et un acteur mondial important de l'hémisphère Sud - en Honduras ou en Paraguay (où les derniers coups d'État US ont réussi).

J'ai montré comment le coup d'État au Brésil est une opération de guerre hybride extrêmement sophistiquée, allant bien au-delà de la guerre non conventionnelle (UW), de la guerre de 4e génération (G4G), des révolutions de couleur, et de la R2P (Responsabilité de Protéger), tout le chemin vers le summum de la prise du pouvoir en douce, un coup d'État médiatique, politique, financier et judiciaire déroulé au ralenti. Un coup d'État dans toute sa splendeur, couvert de l'apparat des institutions démocratiques.

Le néolibéralisme peut bien avoir échoué, selon les conclusions du Centre de Recherche du FMI, mais son cadavre pourri encombre encore toute la planète. Le néolibéralisme n'est pas seulement un modèle économique, il empiète aussi subrepticement sur le royaume juridique. Par suite d'une autre facette perverse de la doctrine de choc, le néolibéralisme ne peut pas l'emporter sans un cadre juridique.

Lorsque les attributions constitutionnelles sont redirigées vers le Congrès qui maintient l'exécutif sous contrôle, tout en générant une culture de la corruption politique, alors la politique est subordonnée à l'économie. Les entreprises s'engagent dans le financement des campagnes électorales et achètent les politiciens, pour être en mesure d'influencer les pouvoirs politiques en place.

Voilà comment Washington fonctionne. Et c'est aussi la clé pour comprendre le rôle de l'ancien chef de la chambre basse brésilienne Eduardo Cunha. Il a procédé au financement de sa campagne en rackettant le Congrès lui-même, dans lequel il contrôle des dizaines de politiciens tout en bénéficiant de contrats publics proverbialement juteux.

Les trois larbins dans ce que j'ai appelé la République bananière provisoire des crapules sont Cunha, Calheiros et Temer. Temer est une simple marionnette, alors que Cunha reste une sorte de Premier ministre de l'ombre, pour diriger le spectacle. Mais pas pour longtemps. Il a déjà été suspendu de son poste de président du Congrès, il a empoché des millions de dollars en pots de vin pour des gros contrats et caché le butin dans des comptes secrets en Suisse. Ce n'est maintenant plus qu'une question de temps avant que la Cour suprême n'ait les couilles - c'est pas donné - de le jeter en taule.

OTAN contre BRICS, tout le spectre
Et cela nous amène encore une fois vers le Grand Panorama, alors que nous avançons en parallèle avec une analyse de Rafael Bautista, à la tête d'un groupe d'étude sur la décolonisation à La Paz, en Bolivie. Il est l'un des meilleurs et des plus brillants analystes d'Amérique du Sud, il est très conscient du fait que tout ce qui se passera au Brésil dans les prochains mois façonnera l'avenir non seulement de l'Amérique du Sud, mais de l'ensemble de l'hémisphère Sud.

Le projet de l'Exceptionalistan pour le Brésil n'est rien moins que l'imposition d'une doctrine Monroe remixée. L'objectif principal du plan de restauration néolibérale est de couper l'Amérique du Sud des BRICS - c'est à dire, essentiellement, du partenariat stratégique sino-russe.

C'est une courte fenêtre d'opportunité après toutes ces années passées dans la continuité Bush-Obama, où Washington était obsédé par la région MENA (Moyen-Orient/Afrique du Nord), alias le Grand Moyen-Orient. Maintenant, l'Amérique du Sud est de retour dans un rôle de premier plan dans la géopolitique (soft) du théâtre de guerre. Se débarrasser de Dilma, Lula, du Parti des travailleurs, par tous les moyens disponibles, n'est qu'un début.

On en revient toujours à la même chose, définir la guerre du XXIe siècle : l'OTAN contre le BRICS, contre l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et, finalement, contre le partenariat stratégique sino-russe. L'écrasement du Bdans le BRICS apporte avec lui le bonus de briser le Mercosur (marché commun sud-américain), l'Unasur (Union politique des nations sud-américaines), l'ALBA (l'Alliance bolivarienne) et l'intégration sud-américaine, dans son ensemble, avec les principaux acteurs mondiaux émergents du Sud tels que l'Iran.

La déstabilisation en cours du Syraq s'accorde à l'Empire du Chaos, quand il n'y a pas d'intégration régionale, la seule autre possibilité est la balkanisation. Et pourtant, la Russie a fait la démonstration aux planificateurs de Washington qu'ils ne peuvent pas gagner une guerre en Syrie dès lors que l'Iran a montré, après l'accord nucléaire, qu'il ne deviendra pas un vassal de Washington. Donc, l'Empire du Chaos pourrait aussi bien s'occuper de sécuriser sa propre arrière-cour [l'Amérique du Sud].

Un nouveau cadre géopolitique devait faire partie du lot. Voilà où le concept de l'Amérique du Nord entre en jeu, soutenu par le Council on Foreign Relations et mis au point, pour l'essentiel, par l'ancienne superstar du choc en Irak, David Petraeus, et l'ancien caïd de la Banque mondiale, Bob Zoellick, maintenant chez Goldman Sachs. Appelez cela le mini-gratin de l'Exceptionalistan.

Vous ne l'entendrez pas énoncé en public, mais le concept Petraeus/Zoellick de l'Amérique du Nord suppose le changement de régime en engloutissant le Venezuela. Les Caraïbes sont considérées comme un Mare Nostrum, un lac américain. Le concept d'Amérique du Nord est en fait une offensive stratégique.

Elle implique le contrôle de l'énorme richesse pétrolière et aquifère de l'Orénoque et de l'Amazone, quelque chose qui pourrait garantir éternellement la prééminence de l'Exceptionalistan au sud de la frontière.

Les Caraïbes sont déjà un fait accompli. Après tout, Washington contrôle le CAFTA. L'Amérique du Sud est un morceau plus difficile à avaler, à peu près polarisée entre ce qui reste de l'ALBA et l'Alliance du Pacifique dirigée par les États-Unis. Avec le Brésil retournant à la vulgate néolibérale, c'en est fini de la promotion de l'intégration régionale. Le Mercosur serait finalement absorbé dans l'Alliance du Pacifique - surtout avec un homme comme Serra à la tête de la diplomatie brésilienne. Donc, sur le plan politique, l'Amérique du Sud doit être éliminée à tout prix.

Ce qui reste à l'Amérique du Sud serait son agrégation - comme un acteur marginal, faisant partie de l'Alliance du Pacifique sous contrôle US - aux accords commerciaux de l'OTAN : le TTP et le TTIP. Le pivot vers l'Asie - dont le TPP est le bras commercial armé - est la manifestation de la doctrine Obama pour le confinement de la Chine, non seulement en Asie, mais aussi dans toute l'Asie-Pacifique. Ainsi, il est naturel que la Chine - partenaire commercial numéro un du Brésil - soit également contenue dans l'arrière-cour de l'hégémon : l'Amérique du Sud. 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top