News

L’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) a mis au point une application pour smartphone. Son but ? Mesurer les ondes électromagnétiques que génèrent notamment les points d’accès Wi-Fi, ainsi que les smartphones.

Il faut rappeler que l’exposition à certaines ondes électromagnétiques impacte la santé humaine. Si les personnes électrosensibles en perçoivent immédiatement les effets, le commun des mortels peut être impacté sans en percevoir les effets à court terme. Depuis la prise de conscience de leurs effets néfastes sur la santé, de nombreuses personnes cherchent des moyens de s'en prémunir.

Dans ce cadre, l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) a élaboré une application qui devrait intéresser les plus prévoyants d’entre nous. Baptisée Electrosmart, celle-ci est disponible gratuitement sur Android. L’application activée se chargera ensuite de détecter et de mesurer les ondes environnantes, une action qui permettra d’afficher un genre de « score d’exposition ». Ainsi, plus ce score est élevé, plus l’exposition est importante.

En revanche, il faut savoir que ladite application ne prend pas en compte toutes les sources importantes d’ondes électromagnétiques. En effet, les lignes à haute tension, les compteurs Linky, les téléphones sans fil DECT ainsi que les fours à micro-ondes ne sont pas pris en compte. Cependant Arnaud Legout, chercheur à l’Inria, estime que « le smartphone va rester au centre de notre vie numérique » et que pour cette raison, il est important de se concentrer sur ce dernier. Autre raison avancée : les ondes émanant des autres sources citées plus haut ne sont pas captées par les smartphones.

Si les effets néfastes des ondes électromagnétiques ne sont pas encore prouvés malgré les forts soupçons, ce genre d’application est plutôt bienvenue, surtout qu’il s’agit d’un support transparent directement destiné au public. Néanmoins, faudrait peut-être à l’avenir considérer toutes les sources générant des ondes afin d’avoir une connaissance de tous les risques.

D'après : Sciences et Avenir – PositivR




0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

 
Top